JO de Rio 2016 : la nageuse chinoise Fu Yuanhui brise le tabou des règles

  • A
  • A
JO de Rio 2016 : la nageuse chinoise Fu Yuanhui brise le tabou des règles
L'athlète Fu Yuanhui a évoqué ses règles en direct à la télévision chinoise après une performance compliquée
Partagez sur :

La nageuse chinoise, chouchoute des réseaux sociaux, a évoqué ses règles après une performance décevante. La fin d’un tabou ?

LA STORY

Décidément, Fu Yuanhui n’est pas une athlète comme les autres. Depuis le début des Jeux de Rio, les réseaux sociaux ont pris d’affection cette nageuse de 20 ans, fraîche et spontanée. Le 10 août dernier, elle s'extasiait en direct à la télé chinoise, découvrant son score au 100m dos et sa médaille de bronze.

Depuis, le net s’amuse de ses interviews surréalistes où elle évoque ses problèmes avec la langue anglaise ou le manque de place des combinaisons qui compriment la poitrine.



Faisant fi des tabous, Fu Yuanhui recueille une nouvelle fois la sympathie de son public sur les réseaux sociaux. Objet de sa dernière déclaration : les règles, et les problèmes qu’elles peuvent poser aux athlètes.

“Je n’ai pas été très bonne aujourd’hui, j’ai l’impression d’avoir laissé tomber mes coéquipières”, a-t-elle expliqué, à l’issue d’un relais 4x100m compliqué où la Chine a terminé quatrième. “Mes règles ont commencé hier, je me sens très fatiguée. Je sais, ce que n’est pas une excuse, je n’ai pas bien nagé quoi qu’il arrive”, a déclaré Fu Yuanhui sur CCTV.

Ses compatriotes ont aussitôt salué cette franchise, rapporte la BBC, qui retient ce message posté sur Weibo, le Twitter chinois : “J’ai de l’admiration pour Fu Yuanhui, qui a nagé malgré ses règles. Les femmes peuvent être gênées par leurs règles, surtout si elles ont des règles douloureuses. Elle se sent mal d’arriver quatrième, mais on est quand même très fiers d’elle”.

La scène aurait déclenché un débat sur les tampons, pourtant peu utilisés en Chine. Selon l’étude d’un industriel cité par la BBC, seulement 2% des femmes en Chine utiliseraient les tampons, contre 42% des Américaines.

La BBC cite également Georgie Bruinvels, spécialiste du sport qui affirme que les règles sont bien un tabou dans l’univers de la compétition. “Il faut des moments comme ceux-là pour éliminer ce problème”, retient la scientifique.