Virée parce que "trop sexy"

  • A
  • A
Virée parce que "trop sexy"
@ The Village Voice
Partagez sur :

Une New-yorkaise a porté plainte après avoir été licenciée parce qu'elle était trop "sexy".

Des yeux de braises et une plastique de rêve. A première vue, Debrahlee Lorenzana a tout pour plaire. Et pourtant. La vie de cette jeune femme de 33 ans s'est transformée en cauchemar le jour où son employeur Citybank l'a renvoyée parce qu'elle était trop belle ou plutôt trop sexy ! Aujourd'hui, cette mère célibataire poursuit la branche new-yorkaise du groupe pour licenciement abusif, raconte le journal The Village Voice.

La raison invoquée par Citybank ? La jolie brune déconcentrait un peu trop ses collègues masculins y compris son propre patron. Dans un premier temps, la direction lui a simplement interdit de porter des tailleurs trop cintrés, des pull à col roulé "en raison de ses formes".

Très féminine

"Je n’en ai pas cru mes oreilles", raconte Debrahlee Lorenzana au journal qui refuse catégoriquement de changer sa manière de s'habiller. "Mes clients ne semblent pas avoir de problèmes avec mes vêtements", a répondu la banquière d’origine italo-portoricaine. "D’où je viens, les femmes se maquillent et se peignent les ongles pour aller su supermarché. J’ai été éduquée à la latine. Nous sommes très féminines. Une femme à Porto Rico prend soin d’elle".

Malheureusement pour Debrahlee Lorenzana, sa plainte n'a aucune chance d'aboutir. Une clause de son contrat stipule que tout litige doit être tranché à l'amiable. Sa requête finira donc devant une commission d'arbitrage.