Victime d'un viol ? "Fallait pas sortir en boîte"

  • A
  • A
Victime d'un viol ? "Fallait pas sortir en boîte"
@ Capture d'écran vidéo Youtube
Partagez sur :

CULPABILISATION - Dans un clip de "prévention" polémique, la police hongroise explique aux femmes qu'elles "y sont pour quelque chose" si elles se font violer.

Clichés. "Elle l'a bien cherché", "fallait pas sortir habillée comme ça"… Les clichés sur le viol ont la vie dure, et le nouveau clip de sensibilisation aux agressions sexuelles de la police hongroise, repéré par la page bigbrowser du Monde.fr est là pour le montrer une nouvelle fois.  

>> LIRE AUSSI - Toulouse renonce à l'expo sur le "Projet crocodile"

"Tu y es pour quelque chose". Avec cette vidéo, les forces de l'ordre hongroises ont décidé de prévenir le viol par la culpabilisation des victimes. On peut voir trois jeunes femmes s'habiller, se maquiller et se parfumer avant de partir faire la fête. Les images lascives tournées au ralenti, puis les scènes de danse et de boisson n'ont qu'un but : montrer que les jeunes femmes ont contribué à provoquer ces agressions sexuelles. Le message de conclusion est sans équivoque : "Tu y es pour quelque chose, tu peux agir pour éviter cela".

>> La vidéo du clip

Pour la police, la "coquetterie" des femmes est à l'origine des agressions. La vidéo a rapidement suscité la colère des femmes et des organisations de défense des droits civils hongroises. La police locale a du réagir, sans dévier de sa ligne : " Nos expériences montrent que la métacommunication (en fait le langage corporel, NDLR) joue un rôle important dans la prévention. C'est souvent la coquetterie des jeunes femmes qui déclenche la violence".

>> LIRE AUSSI - L'infographie qui chiffre les réalités de la violence conjugale

Quelques jours après la Journée mondiale de lutte contre les violences faites aux femmes, cette vidéo a un écho bien particulier. Elle permet de rappeler que chaque année en France, 86.000 femmes indiquent avoir été  victimes de viol ou de tentatives de viol. En Hongrie, Amnesty International avait pointé du doigt les préjugés dont était victimes les femmes violées dès 2007. Peu de choses ont bougé depuis.