Une ONG demande l'audition de Fabius sur les activités de Lafarge en Syrie

  • A
  • A
Une ONG demande l'audition de Fabius sur les activités de Lafarge en Syrie
Laurent Fabius pourrait être amené à témoigner dans l'enquête sur les activités de Lafarge en Syrie.@ Lionel BONAVENTURE / AFP
Partagez sur :

Des témoignages de salariés de LafargeHolcim laissent entendre que le Quai d'Orsay, à l'époque aux mains de Laurent Fabius, a encouragé le cimentier à poursuivre ses activités en Syrie.

L'ONG Sherpa, partie civile dans une enquête sur les activités en Syrie du cimentier LafargeHolcim, a demandé mercredi à la justice d'entendre comme témoins l'ex-ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius et deux anciens ambassadeurs de France, a-t-on appris vendredi auprès de cette association. 

Enquête pour financement d'entreprise terroriste. Une information judiciaire a été ouverte le 13 juin par le parquet de Paris contre le groupe franco-suisse dans l'affaire de la cimenterie Lafarge de Djalabiya pour financement d'entreprise terroriste et mise en danger de la vie d'autrui. Cette procédure fait suite à une plainte avec constitution de partie civile déposée le 15 novembre 2016 par Sherpa et l'ONG European Center for Constitutional and Human Rights (ECCHR), ainsi que par 11 plaignants et ex-salariés syriens.

La filiale syrienne Lafarge Cement Syria (LCS) est notamment soupçonnée d'avoir contribué à financer l'État islamique en lui versant de l'argent en 2013-2014 pour pouvoir continuer à travailler dans une région contrôlée par cette organisation. "Il faut aussi rechercher la responsabilité de l'État si jamais l'État est aussi impliqué", a expliqué Marie-Laure Guislain, responsable de Sherpa. "C'est pourquoi il est important de demander à ces personnes si elles ont des informations intéressantes", a-t-elle ajouté. Sherpa souhaite notamment établir si le ministère des Affaires étrangères français était au courant de ces arrangements et a encouragé Lafarge à maintenir ses activités dans la Syrie en guerre, comme l'ont laissé entendre plusieurs cadres du groupe interrogés dans une procédure parallèle.


Témoignages accusateurs. Selon Sherpa, un ancien cadre de Lafarge, qui a travaillé 30 ans pour le groupe, "a déclaré avoir été en contact régulier avec le Quai d'Orsay, qui n'a jamais dit à Lafarge d'arrêter (ses activités en Syrie), bien au contraire". "Le Quai d'Orsay n'a eu de cesse de dire que tout allait s'arranger et qu'il fallait tenir. Nous demandons à vérifier", ajoute-t-on de même source. Dans l'immédiat, personne dans l'entourage de Laurent Fabius, aujourd'hui président du Conseil constitutionnel, au Quai d'Orsay ou à LafargeHolcim n'était disponible pour commenter ces informations.