Une mère retrouve sa fille allemande après 71 années de séparation

  • A
  • A
Une mère retrouve sa fille allemande après 71 années de séparation
Image d'illustration@ PHILIPPE HUGUEN / AFP
Partagez sur :

C'est à la fin de la Seconde Guerre mondiale que l'enfant avait été soustrait à sa mère italienne par la famille de son père de nationalité allemande. 

On pourrait presque parler d'un miracle. Une Italienne de 92 ans a retrouvé sa fille allemande de 71 ans, rapportent lundi les médias italiens. Elles avaient été séparées à la fin de la dernière guerre mondiale, l'enfant ayant été soustrait par la famille du père allemand. "Il est rare qu'une mère et sa fille se retrouvent après 71 ans, c'est plutôt le cas de frères et de sœurs car il reste peu de survivants de la Seconde Guerre mondiale", a expliqué Laura Bastianetto, la porte-parole de la Croix-Rouge italienne qui a aidé à ces retrouvailles.

Revenue sans son enfant en Italie. Originaire d'un petit village d'Emilie-Romagne, dans le nord de l'Italie, mais envoyée travailler en Allemagne, l'Italienne était tombée enceinte en 1944 d'un soldat allemand marié. Mais, à la naissance, la famille du père avait soustrait le bébé et la jeune italienne était rentrée chez elle à la fin de la guerre sans perdre l'espoir de retrouver un jour sa petite fille. Cette dernière savait juste que sa mère était Italienne mais pensait qu'elle était morte, la famille de son père n'ayant jamais souhaité que mère et fille se retrouvent.

La mort du père a permis de lancer des recherches. L'an dernier, à la mort de son père, Margot Bachmann, devenue septuagénaire a fait appel à l'International Tracing Service (ITS), un centre allemand de documentation sur la guerre, pour tenter de retrouver sa mère. Avec l'aide de la Croix-Rouge italienne, l'ITS a découvert que la maman italienne était toujours vivante. Les deux femmes se sont retrouvées ce week-end à Novellara, la petite commune italienne où vit toujours la nonagénaire.

"Quand j'ai commencé à chercher pour en savoir un peu plus, jamais je n'aurais imaginé pouvoir un jour serrer ma mère dans mes bras", a raconté Margot Bachmann au journal local, il Quotidiano. "Mon père m'avait interdit de la chercher, mais je l'ai fait après sa mort à lui, et grâce au soutien précieux de ma propre fille", a ajouté la septuagénaire.