Un soldat américain plaide coupable d'un projet d'attaque inspiré de l'EI

  • A
  • A
Un soldat américain plaide coupable d'un projet d'attaque inspiré de l'EI
Hasan Edmonds, 23 ans, a été membre de la Garde nationale. @ SCOTT OLSON / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Partagez sur :

Hasan Edmonds, 23 ans, membre de la Garde nationale des Etats-Unis, voulait tuer plus de cent personnes avec son cousin. 

Un soldat américain a plaidé coupable lundi de "conspiration" en vue de mener une attaque inspirée de l'EI, avec son cousin. Les deux hommes voulaient s'en prendre à une base militaire en banlieue de Chicago dans l'espoir de tuer plus de cent personnes, a indiqué la justice des Etats-Unis. Hasan Edmonds, 23 ans, est membre de la Garde nationale des Etats-Unis (US Army National Guard), une composante de l'armée de terre. Il a commencé à communiquer sur internet en janvier avec un agent de la police fédérale américaine (FBI) qui se présentait comme un combattant du groupe Etat islamique (EI) en Libye.

Jusqu'à 30 ans de prison. Le militaire a reconnu avoir donné à l'agent des conseils sur "comment combattre et vaincre l'armée américaine", ainsi que s'être dit prêt, avec son cousin, à mener une attaque aux Etats-Unis, selon un communiqué du bureau du procureur du district nord de l'Illinois. Il risque jusqu'à 30 ans de prison pour "conspiration en vue d'apporter un soutien à une organisation terroriste étrangère" et "tentative de soutien matériel à une organisation terroriste étrangère".

Un nombre de victimes allant de 100 à 150. Les deux hommes ont commencé à rencontrer un autre agent sous couverture du FBI en mars, qui se proposait d'aider Hasan Edmonds à rejoindre les rangs des djihadistes de l'EI en Irak. Ils ont également évoqué l'utilisation par Jonas Edmonds de l'uniforme de son cousin pour attaquer la base de Joliet, dans l'Illinois, où ce dernier était assigné. Jonas Edmonds a expliqué attendre de l'agent sous couverture qu'il l'aide à atteindre un "nombre de victimes" allant de 100 à 150. Le militaire américain a emmené les deux hommes sur la base le 24 mars pour mener une mission de surveillance et pour récupérer un programme d'entraînement afin de déterminer le meilleur moment pour une attaque, selon les documents de justice. Il a été arrêté le lendemain à l'aéroport de Chicago, où son cousin l'avait déposé, avant qu'il ne puisse embarquer sur un vol à destination de l'Egypte.