Un rapport dénonce la transformation de poissons comestibles en farine pour l'aquaculture

  • A
  • A
Un rapport dénonce la transformation de poissons comestibles en farine pour l'aquaculture
Les petits poissons comme les sardines devraient servir à nourrir les populations qui les pêchent@ LOIC VENANCE / AFP
Partagez sur :

Plutôt que de servir à nourrir les populations locales, ces poissons réduits en farines ou en huiles sont utilisés pour l'élevage d'autres poissons, de porcs ou de poulets.

Des poissons situés au bas de la chaîne alimentaire, comme les sardines ou les anchois, servent trop souvent à alimenter des poissons d'élevage, des porcs ou des poulets, menaçant la sécurité alimentaire de populations qui s'en nourrissent, dénonce un rapport mardi.

Des poissons utilisés pour l'élevage. "Entre 1950 et 2013, 25% des captures de poissons dans le monde (...) ont été réduites en farine et en huile", selon ce rapport de l'ONG française Bloom et de deux universitaires canadiens, Megan Bailey (Dalhousie University) et Tim Cashion (University of British Columbia).

"90% des poissons réduits en farine et en huile sont parfaitement comestibles", souligne-t-il. Or, "au lieu de contribuer à la sécurité alimentaire, en particulier dans les pays en voie de développement", ils sont utilisés notamment "pour élever des saumons destinés aux pays développés", les populations de saumons sauvages s'étant effondrées, déplore le rapport intitulé "Le côté obscur de l'aquaculture". Les navires de pêche entrent "en concurrence directe avec les pêcheries vivrières locales", notamment en Afrique de l'Ouest, posant "une grave menace" sur la sécurité alimentaire des populations locales. 

"Des conséquences dramatiques sur le fonctionnement des écosystèmes". Cette pêche minotière peut aussi avoir "des conséquences dramatiques sur le fonctionnement des écosystèmes", relève le rapport. Les petits poissons capturés (anchois, sardines, harengs, sprats...) sont en effet des "poissons fourrages" dont se nourrissent de nombreux prédateurs, comme les marlins, thons, cabillauds, des oiseaux de mer et des mammifères marins. 

Selon Bloom, "environ 57% de la production mondiale de farine de poisson approvisionnent le secteur de l'aquaculture pour l'élevage de poissons, 22% le secteur porcin et 14% le secteur avicole", le reste étant notamment utilisé pour l'alimentation d'animaux domestiques ou de visons élevés pour leur fourrure.

Des pratiques contraires aux règles de la pêche responsable. "Tout le cycle de la pêche minotière (...) est contraire au Code de conduite pour une pêche responsable établi par l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture" (FAO), affirme l'ONG. Ce code stipule que "la pêche doit contribuer à la sécurité alimentaire et que la transformation en farine et huile de petits poissons pélagiques de qualité alimentaire doit être limitée aux espèces non-consommables comme les lançons" (anguilles des sables), souligne-t-elle.