Assassinat d'Hervé Gourdel : l'un des suspects tué en Algérie

  • A
  • A
Assassinat d'Hervé Gourdel : l'un des suspects tué en Algérie
@ SIPA
Partagez sur :

Un des assassins d'Hervé Gourdel a été tué par l'armée algérienne il y a un mois, affirme mercredi le ministre algérien de la Justice.

L'info. Sa mort remonte à fin octobre, rapporte le quotidien algérien El Watan. Mais ce n'est que mercredi que le gouvernement algérien a confirmé la mort d'un des assassins d'Hervé Gourdel, ce guide de haute-montagne français, capturé puis assassiné dans les montagnes de Kabylie à la fin du mois de septembre dernier. "Il ressort de l'enquête sur l'assassinat du ressortissant français Hervé Gourdel que l'un des auteurs de ce meurtre, identifié auparavant, a été éliminé en octobre dernier par les éléments de l'ANP  dans le cadre d'une opération antiterroriste", a déclaré Tayeb Louh, le ministre algérien de la Justice. Les autorités ont mis des semaines avant de l'identifier, ce qui explique qu'on apprenne la nouvelle un mois plus tard.

>> LIRE AUSSI - Ce que l'on sait de l'assassin d'Hervé Gourdel

15 personnes poursuivies. Le ministre n'a pas précisé son identité ni les circonstances dans lesquelles il avait été tué, mais selon les informations d'Europe 1, il s'agirait bien d'un des bras droits d'Abdelmalek Gouri, le leader de Jund al-Khilafa. La justice algérienne a lancé des poursuites contre quinze personnes dont ce chef, actuellement en fuite. Elles sont toutes soupçonnées d'avoir participé à l'enlèvement. Toutes algériennes, elles sont poursuivies notamment pour "création d'un groupe armé terroriste", "prise d'otage" et "assassinat avec préméditation". Les opérations de ratissage se poursuivent toujours en Kabylie.

Affiliés à l'Etat Islamique. Ce groupe avait surgi sur la scène djihadiste fin août en publiant un communiqué annonçant avoir quitté Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), dénoncée pour sa "déviance". L'organisation les soldats du califat, groupe islamiste dissident qui s'est rallié à l'Etat islamique (EI), avait revendiqué l'exécution du Français affirmant avoir agi en représailles à la participation de la France à la coalition sous commandement américain en Irak.

>> LIRE AUSSI - Mort d'Hervé Gourdel : le mot qui a tout fait basculer