Un couple d'Australiens enlevés par des djihadistes au Burkina Faso

  • A
  • A
Un couple d'Australiens enlevés par des djihadistes au Burkina Faso
@ AFP
Partagez sur :

INQUIETUDE - Un couple d'Australiens - et non d'Autrichiens - a été enlevé par des djihadistes au Burkina Faso, vendredi matin.

Un couple australien se trouve actuellement aux mains des djihadistes d'Ansar Dine, lié à Aqmi, après leur enlèvement vendredi dans le nord du Burkina Faso. 

Lié à Aqmi. Un responsable du groupe djihadiste malien Ansar Dine a affirmé samedi que les deux Australiens enlevés la veille au Burkina Faso étaient aux mains de djihadistes appartenant à "l'Emirat du Sahara", lié à Al-Qaïda. "Quatre combattants de l'Emirat du Sahara ont entre leurs mains deux Australiens, une femme et un homme. Les deux "croisés" sont vivants et nous allons bientôt donner des détails", a affirmé Hamadou Ag Khallini, un responsable d'Ansar Dine. D'après des spécialistes, l'Emirat du Sahara est le nom d'une branche d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) opérant dans le nord du Mali.

Australiens et non Autrichiens. Plus tôt dans la journée, le ministère de la Sécurité intérieure burkinabé avait indiqué que le couple était de nationalité autrichienne, une information erronée. "Les otages sont des Australiens et non des Autrichiens", a corrigé le ministre burkinabè de la Communication Rémi Dandjinou. Le couple a été enlevé à Baraboulé, dans la région du Sahel, située dans le nord du Burkina, frontalier du Niger et du Mali. Il vivait dans la ville de Djibo, près de Baraboulé, depuis 1972, a indiqué un habitant de cette ville, Moumouni Tamboura.

Dans la même région, à Oursi, une caserne avait été attaquée par des inconnus fin août 2015. Un gendarme burkinabè, blessé dans l'attaque, était décédé par la suite dans un hôpital à Ouagadougou. L'annonce de cet enlèvement coïncide avec la fin d'une spectaculaire attaque menée de vendredi soir à samedi matin par un groupe de militants djihadistes contre un hôtel et un restaurant de Ouagadougou, qui a laissé au moins 23 morts.