Un Américain blessé par balle... par son chien

  • A
  • A
Un Américain blessé par balle... par son chien
Le lendemain de l'accident, l'homme était toujours hospitalisé.@ EDUARDO MUNOZ ALVAREZ / AFP
Partagez sur :

Balew, le chien de Richard Remme, 51 ans, a d'abord retirer le cran de sécurité de l'arme de son maître, avant de marcher sur la détente. Le coup est parti et la balle s'est logée dans la jambe du maître.

Un habitant de l'Iowa a été blessé par balle par son propre chien. Richard Remme, 51 ans, s'amusait mercredi sur le canapé avec son compagnon à quatre pattes nommé Balew, qu'il a voulu faire descendre. Balew a alors tenté de retourner sur les genoux de son maître, un résident de la ville de Fort Dodge. Richard Remme portait à la ceinture son pistolet Ruger 9 mm.

"J'étais sur le canapé et on faisait les fous, le chien et moi. Je le descendais de mes genoux et il y revenait en sautant", a relaté le quinquagénaire barbu au journal local The Messenger.

"Se faire tirer dessus par son chien n'arrive qu'en Amérique". Balew, un croisement entre un pitbull et un labrador, a semble-t-il désactivé le cran de sûreté de l'arme en l'accrochant avec son harnais, puis a marché sur la détente. La balle est partie se loger dans la jambe de Richard Remme. L'homme a appelé le numéro d'urgence 911 et se trouvait toujours hospitalisé jeudi. "Je me suis fait tirer dessus par mon chien", a résumé la victime. "Je n'avais jamais entendu un truc pareil", a commenté au Messenger le chef de la police de Fort Dodge, Roger Porter. "Se faire tirer dessus par son chien n'arrive qu'en Amérique", a commenté Shannon Watts, fondatrice de Moms Demand Action for Gun Sense in America, une organisation qui lutte contre la prolifération des armes aux Etats-Unis.

Pas de poursuite. La police américaine a également annoncé qu'elle n'engagerait aucune poursuite dans cette affaire. "Notre enquête sur les faits n'a pas permis de confirmer ou d'infirmer les déclarations de l'homme concerné. Cela pris en compte, aucune poursuite ne sera lancée", a déclaré à l'AFP Cory Husske, de la police de la ville de Fort Dodge.