Ukraine : un célèbre journaliste tué dans un attentat à la bombe à Kiev

  • A
  • A
Ukraine : un célèbre journaliste tué dans un attentat à la bombe à Kiev
Ukraine, image d'illustration@ YURIY DYACHYSHYN / AFP
Partagez sur :

Il animait chaque matin une matinale de radio et travaillait aussi pour le très fréquenté site d'information Ukraïnska Pravda. 

Un journaliste ukrainien renommé a été tué mercredi par l'explosion d'une bombe placée dans la voiture qu'il conduisait dans le centre de Kiev.

Un journaliste influent. Pavel Cheremet, originaire du Bélarus, mais possédant la nationalité russe, vivait depuis plusieurs années en Ukraine où il travaillait pour l'influent site d'information Ukraïnska Pravda et animait une émission matinale sur la radio Vesti. Pavel Cheremet se rendait vers sa station de radio quand la voiture qu'il conduisait a explosé. Elle appartenait à l'une de ses collègues, qui n'était pas à bord au moment de l'explosion. "Il conduisait le long de la rue Ivan-Franko et s'était arrêté à un carrefour quand l'explosion a eu lieu. 



"Un engin explosif". "La mort de Pavel Cheremet est une terrible tragédie", a déclaré sur Twitter le président ukrainien Petro Porochenko, assurant que "les coupables seront punis". Le procureur général ukrainien, Iouri Loutsenko, a dénoncé sur Facebook "un meurtre (...) causé par un engin explosif". "Un engin explosif improvisé, peut-être contrôlé à distance ou par un retardateur, a explosé. D'après les recherches préliminaires, cela équivalait à 400-600 grammes de TNT", a précisé sur Facebook un conseiller du ministère ukrainien de l'Intérieur.

Un homme de conviction. Le rédacteur en chef d'Ukraïnska Pravda, Sevguil Moussaïeva-Borovik, a déclaré que, selon lui, la mort de Pavel Cheremet était due "à ses activités professionnelles". "Pourquoi tue-t-on des journalistes en Ukraine? Quelqu'un veut déstabiliser la situation dans le pays en faisant ça", a-t-il ajouté. Né au Bélarus, le journaliste a travaillé pour la télévision nationale avant de quitter le pays à cause d'un conflit avec le régime autoritaire du président Alexandre Loukachenko. Il a ensuite travaillé pour une chaîne de télévision publique russe, OTR, avant de démissionner en 2014 en protestation contre la couverture des événements ukrainiens par la chaîne.

Installé depuis plusieurs années en Ukraine, il était un responsable du site Ukraïnska Pravda, dont le fondateur Guéorgui Gongadzé a été assassiné en 2000, sans que son meurtre ne soit jamais élucidé.