Tentative de putsch en Turquie : la situation "entièrement sous contrôle"

  • A
  • A
Tentative de putsch en Turquie : la situation "entièrement sous contrôle"
Partagez sur :

Une partie de l'armée hostile au président Erdogan a tenté un coup d'Etat vendredi soir. 290 personnes, au moins, sont mortes dans les affrontements entre putschistes et loyalistes. Le gouvernement a repris le pouvoir.

L'ESSENTIEL

La situation est "entièrement sous contrôle" en Turquie d'après le Premier ministre après une tentative de coup d'état. Après qu'une partie de l'armée, hostile au président Turc Erdogan, ait investi le siège de la télévision publique turque pour diffuser un communiqué annonçant qu'elle prenait le pouvoir de force, 1.563 militaires ont été arrêtés. Une session extraordinaire du Parlement turc a également été convoquée samedi matin à Ankara après une nuit d'affrontements entre pro-Erdogan et putschistes. Selon un dernier bilan, plus de 290 personnes ont trouvé la mort pendant la tentative de putsch.

Les informations à retenir

  • Le gouvernement a repris la main alors que 2.839 militaires ont été arrêtés 

  • Le coup d'Etat avorté a fait plus de 290 tués et 1.440 blessés parmi les forces loyalistes et les civils.

  • Paris recommande à ses ressortissants en Turquie de ne pas sortir de chez eux

  • LE GOUVERNEMENT REPREND LE DESSUS, UN LOURD BILAN

Vendredi, peu après que les deux camps aient annoncé avoir le contrôle de la situation, des affrontements ont éclaté à Istanbul et Ankara."Plus de 100 putschistes" ont été tués et au moins "190 de nos citoyens ont trouvé la mort", selon un communiqué du ministère. Selon des responsables turcs, 2.839  militaires ont été également arrêtés. Le gouvernement a donc repris la main samedi matin. Une session extraordinaire du Parlement turc a également été convoquée samedi matin.

Samedi matin, après la reprise en main de la situation par le gouvernement Turc, Jean-Marc Ayrault a "espéré que la démocratie turque sortirait renforcée" après "la tentative de coup de force contre son ordre constitutionnel et démocratique".

  • QUI SONT LES PUTSCHISTES ET QUI EST LE COMMANDITAIRE ?

Difficile de déterminer l'identité des putschistes qui se sont lancés dans cette tentative de coup d'état vendredi soir. Selon l'agence Anadolu, le groupe serait mené par 37 officiers de la gendarmerie et de l'armée de l'air.



Il pourrait s'agir d'officiers partisans d'une Turquie kémaliste, donc laïque, à l'opposé du modèle de société prôné par l'AKP, le parti d'Erdogan. Depuis son accession au pouvoir en 2002, ce dernier a justement tenté de remplacer les élites militaires par des officiers qui le soutiennent. C'est la raison pour laquelle les putschistes auraient pris en otage le chef d'état-major des armées, Hulusi Akar.

Selon l'agence pro-gouvernementale Anatolie, il était "retenu en otage par un groupe de militaires qui tentaient un soulèvement", avant d'être libéré et conduit dans un lieu sûr peu après 7 heures. A peine arrivé à l'aéroport Atatürk d'Istanbul, Erdogan en a profité pour annoncer qu'il allait "nettoyer l'armée", poursuivant ainsi sa politique de renouvellement des effectifs militaires.

Lors de cette conférence de presse improvisée, le président turc a également expliqué que sa résidence de vacances avait été bombardée avant de pointer du doigt son adversaire politique Fethullah Gülen, leader d'un mouvement très populaire en Turquie. Selon Erdogan, il serait l'instigateur de cette "trahison". Ce n'est pas la première fois que le chef de l'Etat accuse Gülen de vouloir déstabiliser le régime. En 2007 et 2010, il l'avait déjà désigné comme le responsable des tentatives de complots à son encontre.  

  • LE DÉROULÉ DE LA NUIT À ANKARA ET ISTANBUL ?

Le Parlement turc, dans la capitale Ankara, a donc été bombardé selon l'agence de presse pro-gouvernementale Anatolie. L'agence n'a pas fourni de précisions, mais des correspondants de l'AFP ont entendu une violente explosion suivie de rafales de tirs.

Vendredi soir, des avions et hélicoptères militaires turcs ont été entendus volant à basse altitude au-dessus d'Ankara, où des coups de feu auraient également retenti. Par ailleurs, des avions de chasse F-16 de l'aviation turque ont abattu un hélicoptère Sikorsky appartenant aux putschistes dans une ville qui n'a pas été précisée mais qui pourrait être la capitale, Ankara.

A Istanbul, les forces de sécurité ont égale•ment partiellement interrompu la circulation automobile sur les ponts traversant le Bosphore, dans le sens Asie-Europe. NTV a également montré les images de chars à l'entrée de l'aéroport d'Istanbul-Atatürk, où tous les vols ont été annulés. Des tirs ont également été entendus, l'armée aurait tiré sur la foule. Des grandes artères menant notamment à la place Taksim étaient bloquées par les forces de l'ordre et la présence policière était importante dans les rues. De son côté, la population s'est ruée dans les magasins et sur les distributeurs de billets. Une ambiance d'état de siège, en prévision d'une possible période où les Stambouliotes devraient rester calfeutrés chez eux.

  • LES RÉACTIONS DE LA COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE

Le ministère français des Affaires étrangères a demandé à ses ressortissants en Turquie de ne pas sortir de chez eux pour raison de sécurité. "Un message a été envoyé aux personnes en déplacement via le dispositif Ariane et via l'ambassade pour les personnes installées dans le pays disant que des événements graves sont en train de se dérouler à Istanbul et Ankara", a dit une source diplomatique française. "Si le président (Recep Tayyip Erdogan) a rétabli entièrement la situation - je crois que c'est le cas - on va avoir une période à la fois de grande accalmie, mais enfin, il y aura sans doute des répressions qui vont avoir lieu, j'imagine qu'il va y avoir un certain nombre de militaires qui vont devoir répondre de ce qu'ils ont fait ou de ce qu'ils n'ont pas fait", a déclaré François Hollande.

Barack Obama a exhorté vendredi toutes les parties en Turquie à soutenir le gouvernement turc "démocratiquement élu" du président Recep Tayyip Erdogan, selon un communiqué de la Maison-Blanche. Le président américain aussi appelé à "faire preuve de retenue et éviter violence ou bain de sang". De son côté John Kerry a assuré que Washington va assister la Turquie dans l'enquête sur la tentative de coup d'Etat.

Même son de cloche du côté d'Angela Merkel. "L'ordre démocratique doit être respecté en Turquie", a indiqué le porte-parole de la chancelière allemande, Steffen Seibert, sur son compte Twitter. 

 LES ÉTRANGERS SUR PLACE

Les autorités américaines ont suspendu les vols des compagnies aériennes américaines vers Istanbul et Ankara et interdisent tous les vols en provenance de Turquie qu'ils soient avec ou sans escale. La compagnie aérienne allemande Lufthansa a indiqué samedi qu'elle annulait huit de ses dix vols prévus dans l'après-midi entre l'Allemagne et la Turquie, après en avoir déjà supprimé une dizaine. La Russie aussi s'inquiète pour ses ressortissants. "Le président Poutine a ordonné au ministère des Transports et aux autres agences d'informer correctement les passagers et d'organiser leurs vols retour depuis les aéroports turcs", a déclaré le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, cité par l'agence Interfax.