Turquie : les médias priés de ne pas parler de l'explosion

  • A
  • A
Turquie : les médias priés de ne pas parler de l'explosion
@ OZAN KOSE / AFP
Partagez sur :

Plusieurs journalistes présents sur place se sont aussi plaints d'un "black-out" de la communication. 

Après l'explosion qui a frappé mardi matin Istanbul, une note officielle transmise aux médias turcs demandent à ces derniers de ne pas parler de l'attentat.

Silence chez les médias turcs. "Les caméras ne sont pas les bienvenues", raconte Delphine Minoui, correspondante d'iTélé à Istanbul, évoquant "un black-out" de la communication. Certains médias turcs ont arrêté leurs émissions en direct sur les attentats pour reprendre une antenne classique avec la diffusion de reportages divers. 

10 morts. Selon un bilan provisoire, l'explosion qui pourrait être un acte "terroriste", selon une source anonyme issue des autorités, a fait 10 morts et 15 blessés.

Etat d'alerte. La Turquie vit depuis plusieurs mois en état d'alerte depuis le double attentat suicide qui a fait 103 morts, le 10 octobre devant la gare centrale d'Ankara. Cette attaque, la plus meurtrière jamais survenue sur le sol turc, a été attribuée par les autorités à l'organisation Etat islamique (EI).