Trump va demander une enquête sur d'éventuelles fraudes électorales

  • A
  • A
Trump va demander une enquête sur d'éventuelles fraudes électorales
Selon Donald Trump, jusqu'à cinq millions de personnes pourraient avoir voté illégalement à la présidentielle@ AFP
Partagez sur :

Soupçonnant que des étrangers, des illégaux ou des personnes décédées aient pu voter aux élections de novembre, Donald Trump va demander une enquête sur le scrutin.

Le président américain Donald Trump a annoncé mercredi qu'il allait demander "une grande enquête" sur de prétendues fraudes électorales lors des scrutins de novembre, pour lesquelles aucune preuve n'a été rendue publique à l'heure actuelle.

Électeurs inscrits dans deux Etats, électeurs décédés... "Je vais demander une grande enquête sur les fraudes électorales, notamment sur les électeurs inscrits pour voter dans deux Etats, les illégaux et même ceux enregistrés sur les listes électorales et qui sont décédés (et pour certains depuis longtemps)", a-t-il indiqué sur Twitter au petit matin. "En fonction des résultats, nous renforcerons les procédures de vote", a ajouté le président.



Donald Trump a dit ces derniers jours aux chefs du Congrès que selon lui jusqu'à cinq millions de personnes pourraient avoir voté illégalement le 8 novembre.

Trump a tout de même confiance dans les résultats. "Selon ses propos, de trois à cinq millions de personnes pourraient avoir voté illégalement, un chiffre basé sur les études que nous avons vues", avait déclaré mardi le porte-parole de la Maison-Blanche Sean Spicer lors de son point presse quotidien. Cependant, avait noté Sean Spicer, Donald Trump a confiance dans le résultat de l'élection.

Sean Spicer a avancé que selon "les études et les preuves" que "des gens" ont portées à l'attention de Donald Trump, 14% des votants "n'étaient pas des citoyens américains". Donald Trump avait déjà cité par le passé une étude du centre de recherche Pew de 2012 selon laquelle plus de "1,8 million de personnes décédées figuraient sur les listes électorales". Mais ce rapport ne fournissait aucun élément permettant de penser que des personnes auraient pu voter pour le compte de ces personnes décédées.