Trump reste ferme sur l'avortement et les armes mais ne reviendra pas sur le mariage homosexuel

  • A
  • A
Trump reste ferme sur l'avortement et les armes mais ne reviendra pas sur le mariage homosexuel
Donald Trump a affiché dimanche des positions moins fermes sur des questions de société. @ Capture d'écran CBS
Partagez sur :

Dans un entretien télévisé dimanche, le président élu des États-Unis a cependant précisé que cela revenait aux États de trancher la question de l'avortement.

Le président élu des États-Unis Donald Trump a adressé dimanche des signaux contrastés sur les sujets de société, réaffirmant ses convictions anti-avortement et pro-armes à feu mais disant accepter le mariage homosexuel, lors de sa première interview télévisée depuis sa victoire mardi dernier.

Lors d'un entretien accordé à l'émission 60 minutes de CBS, chez lui à New York, le président élu a confirmé qu'il nommerait à la cour suprême des juges anti-avortement et favorables au port d'armes à feu. "Voici ce qui va se passer. Je suis pro-life (anti-avortement) et les juges seront pro-life", a-t-il dit. "Ils vont être très favorables au deuxième amendement" de la Constitution, qui fait du port d'armes un droit pour chaque citoyen américain, a-t-il ajouté.

Donald Trump va devoir nommer un juge à la Cour suprême car un siège est actuellement vacant. Mais il pourrait procéder au cours de son mandat à d'autres nominations en cas de mort ou de départ en retraite d'autres juges. La Cour suprême, dont le pouvoir sur les questions de société est déterminant, pourrait ainsi prendre une coloration très conservatrice. Concernant l'avortement, Donald Trump estime néanmoins que le dernier mot devrait revenir aux États qui devraient pouvoir chacun choisir sa législation.

En revanche, le président républicain n'a pas l'intention d’œuvrer à une remise en cause du mariage homosexuel. Il a rappelé que la Cour suprême avait statué sur le sujet. "C'est la loi (...) Cela me convient", a-t-il dit. Dans une décision de juin 2015, la Cour suprême avait affirmé le droit au mariage pour les personnes de même sexe.

Violence contre les minorités ? "Arrêtez cela". Au cours de cet entretien télévisé, Donald Trump a cherché à calmer les tensions qui traversent le pays depuis son élection. "N'ayez pas peur. Nous allons rétablir notre pays", a-t-il lancé aux milliers de manifestants qui le défient quotidiennement dans plusieurs villes des États-Unis. Il a également condamné les actes de violence et de harcèlement contre des minorités (musulmans, noirs ou hispaniques) qui, selon l'opposition démocrate et des associations, se seraient multipliés depuis son élection. "Je suis si triste d'entendre cela. Et je dis : 'Arrêtez cela'. Si cela peut aider, je le dis et je le dis face à la caméra : 'Arrêtez cela'".

Il renonce à son salaire. Élu sur un programme populiste de rejet des élites, Donald Trump a annoncé au cours de cette interview qu'il renonçait à sa rémunération de président, qui se monte à environ 400.000 dollars par an (370.000 euros). "Non, je ne vais pas prendre ce salaire. Je ne le prends pas", a dit l'homme d'affaires. Il devrait donc percevoir un dollar symbolique (0,93 euro) comme l'exige la loi, a-t-il ajouté. Au cours de cet entretien, dont des extraits ont été distillés tout au long du week-end, Donald Trump a en outre annoncé son intention d'expulser jusqu'à trois millions de clandestins qui ont commis des délits. Il y montre également une certaine flexibilité sur "Obamacare", la loi qui permet à tous les Américains d'avoir une assurance santé mais dont le fonctionnement est très critiqué.