Trump annonce des taxes de 10% sur 200 milliards de biens chinois

  • A
  • A
Trump annonce des taxes de 10% sur 200 milliards de biens chinois
Donald Trump exige de Pékin qu'il réduise de 200 milliards le déficit commercial américain en ouvrant davantage son marché aux produits américains. (Photo d'illustration)@ ROBYN BECK / AFP
Partagez sur :

Donald Trump souhaite pousser Pékin à modifier des pratiques commerciales qu'il juge déloyales. 

Donald Trump agitait la menace depuis des semaines. Il a fini par la mettre à exécution : 200 milliards de dollars (l'équivalent de 171 milliards d'euros) d'importations chinoises supplémentaires vont être taxées à 10% pour punir la Chine de ne pas corriger ses pratiques commerciales jugées "déloyales". La Chine a aussitôt pris des mesures de représailles.

25% de taxes à partir du 1er janvier. "Les tarifs douaniers prendront effet le 24 septembre et s'élèveront à hauteur de 10% jusqu'à la fin de l'année. Le 1er janvier, les taxes douanières seront portées à 25%", a expliqué le président américain dans un communiqué transmis par la Maison-Blanche. "Si la Chine venait à prendre des mesures de représailles contre nos agriculteurs ou autres industries, nous mettrions en oeuvre immédiatement la phase 3, à savoir des tarifs douaniers sur quelque 267 milliards de dollars d'importations supplémentaires (228 milliards d'euros)", a d'ores et déjà prévenu le président américain. Si ce montant de marchandises était à son tour surtaxé, ce serait la totalité des importations chinoises qui seraient frappées de mesures protectionnistes américaines.

Des produits de grande consommation épargnés. L'administration Trump, qui a achevé début septembre les consultations publiques, a décidé d'épargner certains produits de grande consommation des taxes de 10% tels que les montres connectées, des produits textiles et agricoles ou encore les chaises hautes et les sièges automobiles pour enfants ainsi que les casques de protection pour les cyclistes, ont expliqué des responsables américains au cours d'une conférence téléphonique.

Trump veut un marché plus ouvert aux produits américains... "Depuis des mois, nous exhortons la Chine à changer ses pratiques déloyales, et à traiter les entreprises américaines de manière équitable et réciproque", a justifié Donald Trump. "Mais, jusqu'à présent, la Chine n'est pas encline à changer ses pratiques", a-t-il déploré. Donald Trump exige de Pékin qu'il réduise de 200 milliards le déficit commercial américain en ouvrant davantage son marché aux produits américains.

Imposer une taxe de 10% dans un premier temps pourrait être perçu comme un geste d'ouverture tout relatif après que le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin a contacté ses homologues chinois pour reprendre les négociations. Outre les tarifs douaniers sur l'acier et l'aluminium imposés respectivement à hauteur de 25 et 10% au nom de la protection de la sécurité nationale, Washington a taxé à hauteur de 25% quelque 50 milliards de dollars (43 milliards) de produits chinois pour compenser cette fois le "vol" de la propriété intellectuelle.

... et l'arrêt du partage du savoir-faire technologique américain. L'administration Trump déplore qu'en contrepartie d'un accès au marché chinois, les entreprises américaines sont contraintes de partager avec des partenaires locaux une partie de leur savoir-faire technologique. Pour faire changer cette pratique, Donald Trump avait déjà menacé de taxer la totalité des plus de 505 milliards de dollars (432 milliards d'euros) d'importations chinoises. Sans effet pour le moment sur son partenaire commercial.


La Chine réplique. En représailles, Pékin a annoncé dans la foulée l'imposition de nouveaux droits de douane punitifs sur des produits américains représentant 60 milliards de dollars d'importations annuelles en Chine. À partir de lundi 24 septembre à 12H01, le géant asiatique appliquera des droits de douane de 5% ou 10% sur une liste de quelque 5.200 produits en provenance des États-Unis, a précisé le gouvernement dans un communiqué. Cette mesure est destinée à "défendre le libre-échange et le multilatéralisme et à protéger les intérêts et droits légitimes" de la Chine, s'est-il justifié. Au risque de déclencher un engrenage et d'envenimer le conflit commercial entre les deux puissances : "Si les États-Unis s'obstinent à augmenter encore davantage les taux de leurs droits de douane, la Chine répliquera en fonction", a prévenu Pékin mardi dans son communiqué.