Syrie : le canton kurde d'Afrine exhorte Damas à intervenir contre l'aviation turque

  • A
  • A
Syrie : le canton kurde d'Afrine exhorte Damas à intervenir contre l'aviation turque
Depuis six jours, l'armée turque bombarde l'enclave d'Afrine dans le nord de la Syrie, contrôlée par les Kurdes.@ OZAN KOSE / AFP
Partagez sur :

"L'Etat syrien (...), avec tous les moyens qu'il a, devrait faire face à cette agression et déclarer qu'il ne permettra pas aux avions turcs de survoler l'espace aérien syrien", a indiqué le co-président du Conseil exécutif du canton d'Afrine.

Le régime de Damas doit intervenir pour empêcher l'aviation turque de survoler le canton d'Afrine dans le nord de la Syrie, a affirmé jeudi un responsable de cette enclave contrôlée par les Kurdes qui est bombardée depuis six jour par Ankara.

La Syrie "devrait faire face à cette agression". "L'Etat syrien (...), avec tous les moyens qu'il a, devrait faire face à cette agression et déclarer qu'il ne permettra pas aux avions turcs de survoler l'espace aérien syrien", a indiqué Othmane al-Cheikh Issa, co-président du Conseil exécutif du canton d'Afrine.

Baptisée "Rameau d'olivier", l'offensive lancée samedi par l'armée turque et menée avec des rebelles syriens pro-Ankara, vise à déloger la milice kurde syrienne des Unités de protection du peuple (YPG), considérée par Ankara comme "terroriste", de la région d'Afrine, frontalière de la Turquie. Le canton d'Afrine est l'un des trois qui forment la "région fédérale", administration semi-autonome proclamée en 2016 par les Kurdes syriens sur les territoires qu'ils contrôlent.

"Toute attaque contre Afrine est une attaque contre (...) la souveraineté de l'Etat syrien." "Nous considérons Afrine comme inséparable du territoire syrien. Toute attaque contre Afrine est une attaque contre tous les habitants de la région et contre la souveraineté de l'Etat syrien", a déclaré Othmane al-Cheikh Issa. "C'est pour cela que nous appelons l'Etat syrien à sortir de son silence" et faire face à "cette agression impitoyable", a-t-il ajouté.

Dimanche, le président syrien Bachar al-Assad avait condamné l'offensive turque et le vice-ministre des Affaires étrangères Fayçal Moqdad avait averti que la Syrie pourrait abattre les avions de combat turcs.