Syrie : la destruction des armes chimiques n'avance plus

  • A
  • A
Syrie : la destruction des armes chimiques n'avance plus
Un homme surveille la frégate norvégienne qui doit transporter les armes chimiques.@ Reuters
Partagez sur :

ZOOM - La Syrie n'a transféré que 4% de ses 1.300 tonnes de produits toxiques. C'est le statut quo depuis le 27 janvier. 

Le chiffre. La Syrie n'a pas, comme elle s'y était engagée, évacué de son territoire la totalité de ses armes chimiques à la date du 5 février. Alors que s'ouvre lundi la deuxième phase de négociations entre l'opposition et le régime à Genève, le processus est en retard de plusieurs semaines. A ce jour, la Syrie n'a transféré qu'à peine plus de 4% des 1.300 tonnes de produits toxiques qu'elle a déclarés à l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC). Et pourtant, le travail est titanesque : sur les 1.300 tonnes de produits chimiques, Damas aurait 300 tonnes de gaz moutarde et de gaz sarin. 

Quel calendrier ? Les substances les plus toxiques devaient être détruites d'ici le 31 mars sur un navire américain spécialement équipé, le Cape Ray. Toujours en vertu de l'accord, précipité par l'attaque au gaz sarin qui avait fait des centaines de morts chez les civils le 21 août dernier dans la plaine de la Ghouta, près de Damas, la Syrie a jusqu'au 30 juin, soit encore près de cinq mois, pour éliminer totalement ses stocks d'armes chimiques.

armes chimiques syrie 930.310

© Reuters

Sauf qu'aucun transfert d'armes chimiques n'a eu lieu depuis le 27 janvier et la date butoir du 5 février est passée sans que la Syrie ait rempli la totalité de ses obligations. Sigrid Kaag, qui coordonne l'opération conjointe de désarmement ONU-OIAC, estime que le calendrier peut encore être tenu même si le régime a déjà manqué deux échéances intermédiaires. "Ce retard était prévisible. J'avais beaucoup de doutes sur la possibilité de respecter ce calendrier. La première phase, c'est-à-dire l'inventaire, s'est bien passée. Le régime a été plutôt coopératif. Il semble que depuis quelques semaines, la coopération du régime a fortement diminué", constate Olivier Lepic, spécialiste des armes chimiques, joint par Europe1.fr. "C'est assez inquiétant. Le processus est quasiment gelé", déplore-t-il.

Pourquoi ce retard ? Damas a imputé les retards dans l'évacuation de son stock chimique aux menaces d'attaques d'insurgés sur les routes menant au port de Lattaquié, au bord de la Méditerranée. Aussi le régime demande-t-il davantage de matériel blindé et des équipements de communication pour mener à bien cette mission. Le vice-ministre syrien des Affaires étrangères a affirmé que son pays tentait de remplir ses obligations. "La Syrie agit avec une totale détermination, avec force et efficacité pour remplir tous les engagements pris avec l'ONU et l'OIAC", a-t-il assuré.

experts ONU Syrie 930

© Reuters

De son côté, l'ONU estime que le régime a en sa possession la logistique et l'aide internationale nécessaires pour accélérer le mouvement. Au début du mois de février, Laurent Fabius, le ministre des Affaires étrangères français, avait assuré que Bachar al-Assad "freine la destruction des armes chimiques". Son homologue amércain, John Kerry avait estimé "inacceptable" le rythme de leur enlèvement. Damas devra cependant "redoubler d'efforts" en évacuant un "volume important" de produits toxiques à un rythme régulier, selon un "plan plus détaillé", a souligné Sigrid Kaag, la responsable de l'opération.

Pour Olivier Lepic, expert des armes chimiques, ce coup d'arrêt "coïncide avec les négociations de Genève". "On peut se poser la question de savoir s'il n'y a pas une posture politique de la part de la Syrie qui souhaite peser dans les négociations. Cela lui permet de garder une poire pour la soif, un moyen de pression sur la communauté internationale", analyse ce spécialiste, joint par Europe1.fr.

Quelles conséquences ? La résolution 2118 prévoit la possibilité pour le Conseil de sécurité de sanctionner Damas si le régime ne respecte pas son engagement. Mais pour qu'il y ait véritablement des sanctions, il est nécessaire d'obtenir une deuxième résolution sous le chapitre VII de la charte des Nations unies. Celle-ci pourrait permettre un recours à la force. Mais il y a fort à parier que Moscou, l'allié de Damas et membre du Conseil de sécurité, poserait encore une fois son véto comme lors des trois précédentes résolutions depuis le mois de mars 2011.

ban ki moon montreux 930.310

© Reuters

"Les prochaines semaines nous permettront de voir s'il s'agit d'une véritable rupture du régime syrien sur sa volonté de coopération avec l'OIAC ou s'il s'agit de raisons objectives qui retardent le transfert vers les cargos", conclut Olivier Lepic.

Quel trajet ? Dans le cadre de la destruction programmée avant le 30 juin des armes chimiques de la Syrie, les plus dangereuses seront transférées dans le port italien de Gioia Tauro sur le Cape Ray. Deux chargements ont déjà quitté le port syrien de Lattaquié. Le MV Cape Ray, qui a quitté le 27 janvier son port d'attache de Norfolk, à l'est des Etats-Unis, devait mettre deux à trois semaines pour arriver.

syrie navire danois

© Reuters

Le Cape Ray transportera ensuite son chargement dans les eaux internationales, pour le détruire par hydrolyse. Le Pentagone, notamment, a assuré au moment du départ du navire "qu'aucun résidu issu de l'hydrolyse ne sera relâché dans la mer ou dans l'air".

sur le même sujet, sujet,

TEMOIGNAGE - Le djihad, c'est aussi "éplucher des pommes de terre"

CARTE - Le parcours de la destruction de l’arsenal chimique

MODE D'EMPLOI - Comment détruit-on une arme chimique ?" url_id="240115">MODE D'EMPLOI - Comment détruit-on une arme chimique ?

CONTRAT - Veolia choisi pour détruire des produits chimiques syriens" url_id="257095">CONTRAT - Veolia choisi pour détruire des produits chimiques syriens

L'INFO - Les premières armes chimiques quittent la Syrie" url_id="255129">L'INFO - Les premières armes chimiques quittent la Syrie