Syrie : la conférence d'Astana, "c'est un pas important"

  • A
  • A
Partagez sur :

Pour Agnès Levallois, spécialiste du Moyen-Orient, invitée lundi sur Europe 1, la conférence d'Astana peut permettre à l'aide humanitaire d'entrer dans le pays et "c'est déjà positif".

INTERVIEW

La paix en Syrie peut-elle jaillir de la conférence d'Astana, organisée au Kazakhstan ? Les émissaires du président Bachar al-Assad et les rebelles syriens y tiennent lundi leur premier round de négociations depuis le début de la guerre en Syrie. Pour Agnès Levallois, spécialiste du Moyen-Orient chargée de cours à l'ENA et à Sciences Po, invitée lundi sur Europe 1, c'est en tout cas un premier pas. "Ce qui est nouveau, c'est que tous les rebelles qui étaient considérés par les Russes comme des terroristes sont désormais reconnus comme étant des acteurs sur le terrain avec lesquels il faut négocier", explique la spécialiste.

Alléger les blocus. La conférence doit permettre de consolider le cessez le feu, négocié entre Bachar al Assad et les rebelles syriens mais aussi de permettre à l'aide humanitaire d'entrer dans le pays. "Si l'aide humanitaire peut entrer, ce sera déjà un pas important. La société syrienne vit un drame depuis six ans. Un allègement des blocus, c'est déjà un point positif", assure Agnès Levallois.

Un changement de rapport de force. La conférence d'Astana est organisée par les Russes. "Depuis l'investissement majeur des Russes dans le conflit syrien à partir de septembre 2015, il y a eu un changement du rapport de force. Leur intervention sur le terrain a permis à Bachar al Assad de se remettre en selle", explique Agnès Levallois. Un envoyé spécial de l'ONU sera toutefois présent. "Car la deuxième étape de cette conférence est une négociation politique à Genève, en février. Mais ce ne sont plus les Américains et les Européens qui ont pris ce dossier en main. Aujourd'hui, ce sont les Russes, les Iraniens et les Turcs, dont le comportement a changé, qui mènent le jeu."

"Une marionnette". Pour la spécialiste du Moyen-Orient le pouvoir de Bachar al Assad n'en est pas pour autant renforcé. "La reprise d'Alep n'aurait jamais pu se faire sans les Russes et les Iraniens. Pour moi Bachar al Assad est une marionnette entre leurs mains. Il ne décide rien."