Syrie : au moins 80 soldats syriens tués, Damas accuse la coalition internationale

  • A
  • A
Syrie : au moins 80 soldats syriens tués, Damas accuse la coalition internationale
@ ECPAD / AFP
Partagez sur :

Suite à un raid aérien mené samedi, au moins 80 soldats syriens ont été tués. Damas et Moscou accusent la coalition internationale d'être l'auteur de ces bombardements.

Des frappes aériennes contre une position de l'armée syrienne dans l'est du pays en guerre ont tué au moins 80 soldats, Moscou et Damas accusant la coalition internationale menée par les États-Unis d'avoir mené ce raid. L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), une ONG disposant d'un vaste réseau de sources en Syrie, a indiqué ne pas avoir pu identifier les avions qui ont mené ces frappes.

Quatre frappes aériennes contre l'armée syrienne, encerclée par l'EI. L'armée syrienne et son allié russe ont en revanche accusé la coalition internationale antidjihadiste menée par les États-Unis d'être l'auteur de ce bombardement meurtrier. "Des avions de la coalition américaine ont frappé l'une des positions de l'armée syrienne (...) près de l'aéroport de Deir Ezzor", dans l'est du pays, a indiqué l'armée syrienne dans un communiqué relayé par la télévision d'État. À Moscou, l'armée russe a affirmé que "des avions de la coalition internationale antidjihadiste ont mené aujourd'hui quatre frappes aériennes contre les forces syriennes encerclées par le groupe État islamique près de l'aérodrome de Deir Ezzor".

Ces frappes interviennent au cinquième jour d'une trêve fragile en Syrie négociée par Washington et Moscou. La Russie a dénoncé samedi la détérioration de la situation en Syrie, en rejetant sur les Etats-Unis la responsabilité d'un éventuel échec du cessez-le-feu.

La Maison-Blanche exprime ses "regrets". Un responsable de l'administration américaine a dit que les États-Unis avaient exprimé leurs "regrets". De son côté, le ministère de la Défense australien a annoncé que plusieurs de leurs avions avaient également participé au raid, précisant toutefois que "l'Australie n'aurait jamais visé délibérément une unité militaire syrienne connue ni soutenu activement Daech". L'Australie a également présenté ses condoléances aux familles des militaires tués.

Moscou accuse Washington de soutenir Daech.  À la demande de la Russie, qui soutient Bachar al-Assad, le Conseil de sécurité des Nations unies s'est réuni en urgence pendant une heure samedi soir. Une heure au cours de laquelle Russes et Américains se sont livrés à une nouvelle passe d'arme diplomatique. Le ministère russe des Affaires étrangères affirme être parvenu à la "conclusion réellement terrifiante pour le monde entier que la Maison-Blanche défend l'État islamique".

Jugeant que la Russie n'avait jamais manifesté pareille indignation pour tous les civils tués par le régime syrien, l'ambassadrice américaine Samantha Power a qualifié l'attitude russe de "cynique et hypocrite". Elle a accusé Moscou de faire preuve de "démagogie".

Ce dimanche matin, Amaq, l'agence de presse de l'État islamique, déclare avoir abattu un avion militaire syrien dans une zone de l'Est du pays, contrôlée par l'organisation djihadiste. Selon l'OSDH, le pilote aurait été tué.