Ryad expulse l'ambassadeur du Canada après des critiques sur les droits de l'Homme

  • A
  • A
Ryad expulse l'ambassadeur du Canada après des critiques sur les droits de l'Homme
@ CHIP SOMODEVILLA / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Partagez sur :

Ryad n'a pas apprécié que l'ambassade canadienne demande "la libération immédiate" d'activistes des droits de l'homme récemment arrêtés. 

L'Arabie saoudite a annoncé lundi qu'elle avait décidé d'expulser l'ambassadeur du Canada  à Ryad et de geler toute relation commerciale. Il s'agit d'une réplique aux critiques répétées d'Ottawa sur la répression des militants de droits de l'Homme.

"Une ingérence" malvenue selon Ryad. Le royaume saoudien a donné 24 heures au diplomate canadien pour quitter le pays et rappelle son ambassadeur au Canada "pour consultations", dans un soudain durcissement des relations entre ces deux pays. Le Canada n'avait pas réagi officiellement dimanche soir à l'annonce de Ryad, intervenue suite à un appel de l'ambassade du Canada à la libération immédiate de militants des droits de l'Homme emprisonnés en Arabie saoudite. Le royaume d'Arabie saoudite "n'acceptera d'aucun pays une ingérence dans ses affaires intérieures ou des diktats imposés", a déclaré le ministère saoudien des Affaires étrangères sur Twitter, reflétant la fermeté du prince héritier Mohammed ben Salmane en matière de politique étrangère. Ryad a en outre annoncé que le royaume avait décidé de "geler toutes nouvelles transactions concernant le commerce et les investissements" avec le Canada.

Nouvelle vague d'arrestations. L'ambassade canadienne s'était dite "gravement préoccupée" par une nouvelle vague d'arrestations de militants des droits de l'Homme dans le royaume. "Nous appelons les autorités saoudiennes à les libérer immédiatement ainsi que tous les autres activistes pacifiques des #droitsdel'Homme", avait déclaré l'ambassade vendredi dans un communiqué publié sur Twitter.

Le ministère saoudien des Affaires étrangères a exprimé sa réprobation concernant la formulation du communiqué de l'ambassade. "Il est très regrettable que les mots 'libération immédiate' figurent dans le communiqué canadien", a déclaré le ministère. "C'est inacceptable dans les relations entre deux pays".

Un précédent le 2 août dernier. Le 2 août dernier, la cheffe de la diplomatie canadienne, Chrystia Freeland, s'était déjà dite "très alarmée d'apprendre l'emprisonnement de Samar Badaoui", une militante de l'égalité entre hommes et femmes, arrêtée la semaine dernière avec sa collègue Nassima al-Sadah. Samar Badaoui est la récipiendaire du Prix international du courage féminin 2012 décerné par le département d'État américain. Elle a fait campagne pour la libération de son frère, Raef al-Badaoui, un blogueur dissident, et de Walid Abou al-Khair, son ancien mari.