Russel Banks : "Trump est un homme puéril, ignorant, narcissique"

  • A
  • A
Partagez sur :

L'écrivain américain fustige la décision de Donald Trump de sortir de l'accord de Paris, et son mandat de manière générale. Pour lui, Trump a réussi une chose : exploiter les peurs des citoyens démunis.

INTERVIEW

Les Etats-Unis, par la voix de Donald Trump, ont annoncé jeudi soir se retirer de l'accord de Paris sur le climat, une nouvelle considérée comme violente pour les générations futures dans beaucoup de places mondiales. L'écrivain américain Russel Banks, qui était l'invité des Carnets du monde, a réagi au micro d'Europe 1.

"Période très effrayante". "Violence est le mot exact. C'est un mot qu'on peut utiliser pour décrire la plupart de ses actions et son tempérament aussi. C'est une période assez effrayante dans l'histoire américaine, et donc dans l'histoire du monde. Trump est un homme qui apparaît très puéril, ignorant, très narcissique, et il souffre même probablement de troubles mentaux. Il s'est entouré de milliardaires, d'idéologues et de militaristes. C'est vraiment une période très effrayante et ce retrait de l'accord de Paris est très symptomatique de toutes ces actions, tout ce qu'il s'apprête à faire."

Des exclus happés par la peur. Ce déni sur l'état du climat "est quelque chose, malheureusement, auquel on s'est habitué aux Etats-Unis", poursuit l'écrivain. "C'est une façon de penser à court terme, orienté vers les profits, qui dirige la politique américaine. Obama a été une exception remarquable. Mais cette pensée est régressive et j'ai peur qu'elle exprime celle de beaucoup d'Américains (...) Ils sont exclus, abandonnés par l'économie, l'Etat." Ces exclus, Russel Banks les a a insérés dans ses livres, sous forme de personnages. "Ce ne sont pas des gens mauvais, pas des idiots", mais Donald Trump a été l'un des seuls, avec Bernie Sanders, à leur parler. "Il a réussi à les entraîner, à en appeler à leurs plus bas instincts, à leurs peurs", analyse le romancier.