Renaud Girard : "Fabius était un très mauvais ministre des Affaires étrangères"

  • A
  • A
Renaud Girard : "Fabius était un très mauvais ministre des Affaires étrangères"
Laurent Fabius sur le perron de l'Elysée.@ ALAIN JOCARD / AFP
Partagez sur :

Invité d'Anne Sinclair samedi, le journaliste Renaud Girard est revenu sur la révolution ukrainienne de 2014. Et a déploré la gestion de Laurent Fabius.

INTERVIEW

Petit cours de diplomatie... et tacle en règle. Invité d'Anne Sinclair samedi pour évoquer les relations internationales françaises, notamment au regard des récents attentats, Renaud Girard, correspondant de guerre au Figaro, n'a pas mâché ses mots contre Laurent Fabius. Selon lui, l'ancien ministre des Affaires étrangères, désormais président du Conseil constitutionnel, a très mal traité la révolution ukrainienne de 2014.

"Personne n'a compris". "Il y a eu une erreur terrible de Laurent Fabius le 21 février 2014 lorsqu'il quitte Kiev (la capitale ukrainienne alors en proie à des émeutes entre la police et des manifestants pro-européens contre le gouvernement pro-russe) pour aller en Chine. Personne n'a compris ce voyage alors que ses homologues allemand et polonais négoci[aient] et [allaient] obtenir un accord historique entre le président pro-russe Viktor Ianoukovitch et les trois leaders de l'opposition. Il y a eu un manque diplomatique terrible", commente le journaliste.

 "Poutine aurait dit oui". Renaud Girard réécrit même l'histoire. "Fabius aurait du être avec son ami allemand et appeler Vladimir Poutine. Kiev n'est pas loin de Moscou. Il aurait dû demander à Poutine de les inviter à dîner. Poutine aurait dit oui. Et en tant que ministres des Affaires étrangères, ils auraient pu lui dire : 'Sébastopol accueillera toujours ta flotte de la mer Noire, le russe sera toujours parlé après l'ukrainien, comme langue officielle dans les régions orientales de l’Ukraine'. Poutine aurait fait le deal", pense Renaud Girard. "Mais Fabius était un très mauvais ministre des Affaires étrangères", conclut le journaliste.

Viktor Ianoukovitch a été déchu en février 2014 et s'est réfugié en Russie. La Crimée a été annexée à la Fédération de Russie en mars 2014, entraînant des sanctions américaines et européennes. L'Ukraine entend toujours reprendre le territoire.