RDCongo : la CPI condamne Jean-Pierre Bemba à 18 ans de prison

  • A
  • A
RDCongo : la CPI condamne Jean-Pierre Bemba à 18 ans de prison
Jean-Pierre Bemba a déjà fait 8 ans de prison pendant son procès.@ Jerry Lampen / ANP / AFP
Partagez sur :

Pour la première fois, l'utilisation des violences sexuelles en tant que crimes de guerre a été sanctionnée par la CPI.

La Cour pénale internationale a condamné mardi l'ancien vice-président congolais Jean-Pierre Bemba à 18 années de prison pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité, un verdict historique. Riche homme d'affaires devenu chef de guerre, Jean-Pierre Bemba, 53 ans, a été condamné pour la vague de meurtres et de viols commis par sa milice, le Mouvement de libération congolais (MLC), en Centrafrique entre octobre 2002 et mars 2003. Décrivant les violences, menaces, viols, meurtres, traumatismes vécus par des familles entières de manière répétée, la juge Sylvia Steiner a souligné la "cruauté particulière" de ces crimes contre des victimes "particulièrement vulnérables", dans le prononcé de la peine.

Meurtres, viols et pillages. En cinq mois, en 2002 et 2003, quelque 1.500 hommes du MLC ont tué, pillé et violé en Centrafrique, où ils s'étaient rendus pour soutenir le président Ange-Félix Patassé face à une tentative de coup d'Etat menée par le général François Bozizé. "L’échec de Jean-Pierre Bemba à prendre des mesures avait délibérément pour objectif d'encourager ces attaques menées contre la population civile", a estimé Sylvia Steiner. La chambre à trois juges n'a trouvé "aucune circonstance atténuante" permettant d’alléger la peine de Jean-Pierre Bemba.

A la lecture de la peine, Jean-Pierre Bemba est resté sans réaction. Vêtu d'un costume sombre, d'une chemise claire et d'une cravate bleu foncé, il se tenait voûté derrière les écrans d'ordinateur, les mains jointes, les doigts entremêlés, jetant de temps à autre un œil vers le public. Son équipe de défense avait déjà annoncé lundi soir, à quelques heures du verdict, son intention de faire appel et elle a demandé la cassation du procès.

Une peine historique. Historique à plusieurs égards, cette peine est la plus lourde jamais imposée par cette juridiction basée à La Haye, aux Pays-Bas, fondée en 2002 pour juger les pires crimes commis à travers le monde. La procureure Fatou Bensouda avait requis "25 ans au minimum". Elle sanctionne pour la première fois devant la CPI l'utilisation de viols et violences sexuelles en tant que crimes de guerre. Enfin il s'agit de la première peine rendue contre un ancien vice-président dans l'histoire de la Cour, ainsi que contre un commandant militaire, en vertu du principe de la "responsabilité du commandant".

Installé en Europe, Jean-Pierre avait été arrêté à Bruxelles en 2008 pour être remis à la CPI, où il a plaidé non coupable tout au long de ce procès ouvert en novembre 2010. Détenu depuis huit ans, Jean-Pierre Bemba devrait purger encore dix ans, a ajouté la juge.