Serge Lazarevic : de son enlèvement à la libération

  • A
  • A
Serge Lazarevic : de son enlèvement à la libération
@ SIPA PRESS
Partagez sur :

PORTRAIT - Ce Franco-Serbe, enlevé il y a trois ans au cours d'un voyage d'affaires au Mali, a été libéré.

Après trois ans de captivité, Serge Lazarevic est enfin libre. C'est François Hollande qui l'a annoncé, mardi à Paris. Âgé de 50 ans, ce Franco-Serbe était le dernier otage français détenu dans le monde depuis la mort, en avril dernier, de Gilberto Rodrigres Leal, enlevé au Mali en 2012, et la libération des quatre journalistes retenus en Syrie.

>> LIRE AUSSI - Serge Lazarevic, dernier otage français, "est libre"

Enlevé pendant un voyage d'affaires Serge Lazarevic avait été enlevé le 24 novembre 2011 au Mali, en compagnie de Philippe Verdon, retrouvé tué d’une balle dans la tête, en juillet 2013. Les deux hommes, qui étaient en voyage d’affaires, séjournaient dans un petit hôtel de Hombori, au nord du pays. L’enlèvement avait ensuite été revendiqué par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). Serge Lazarevic était apparemment détenu par le même chef rebelle qui a fait assassiner en novembre 2013 à Kidal deux journalistes français de RFI, Ghislaine Dupont et Claude Verlon.

>> LIRE AUSSI - Ce qu'on sait de la libération de Serge Lazarevic

Décrit comme un colosse de 1,98 mètre et 120 kilos au moment de son enlèvement, Serge Lazarevic prospectait avec Philippe Verdon dans la région en vue d’y construire une cimenterie, selon le comité de soutien. Après avoir dirigé un temps une entreprise de sécurité à Paris, Serge Lazarevic a travaillé comme chef de chantier dans le secteur de la construction.

Photo de Philippe Verdon et Serge Lazarevic, enlevés AU Mali par AQMI le 24 novembre 2011

© (Reuters)


Présentés comme des agents français. Mais au moment de l’enlèvement des deux hommes, Aqmi les avait présentés comme des agents du renseignement français. Le président de leur comité de soutien, Pascal Lupart, est un ancien membre des forces spéciales. Les médias ont aussi évoqué un passé d’aventurier africain de Philippe Verdon au Soudan, à Madagascar et aux Comores, où il aurait notamment côtoyé le mercenaire Bob Denard, ce qu’a démenti sa famille. Quant à Serge Lazarevic, il avait été un temps confondu avec un homonyme, mercenaire dans les Balkans et en République démocratique du Congo. 

Quelques mois après le rapt, la famille de Serge Lazarevic avait reçu une preuve de vie, une vidéo transmise par les ravisseurs.

>> LIRE AUSSI - La libération de Serge Lazarevic, une "excellente nouvelle"

Fin octobre 2013, Thierry Dol, ex-otage d’Arlit et salarié d’Areva, tout juste libéré après trois ans de détention au Sahel, avec trois compagnons d'infortune, avait affirmé à la fille de Serge Lazarevic qu’il l’avait croisé pendant sa captivité. Il l’avait alors "trouvé plutôt en bonne santé", avait confié Diane Lazarevic sur Europe 1.

Un dernier message vidéo en novembre. La dernière preuve de vie de Serge Lazarevic remontait au 18 novembre dernier : l'otage était apparu dans une vidéo diffusée par Aqmi et authentifiée par l'Elysée. Dans cet enregistrement, Serge Lazarevic apparaissait, amaigri, pendant environ une minute, assis sur le siège passager d'un pick-up. Il récitait un texte sous la contrainte, affirmant être "très malade" et demandant à François Hollande de tout faire pour le libérer.

>> LIRE AUSSI - Le message contraint de l'otage Serge Lazarevic