Hervé Gourdel était un passionné de montagne

  • A
  • A
Hervé Gourdel était un passionné de montagne
Hervé Gourdel, 55 ans, a été enlevé en Algérie le 21 septembre 2014@ SIPA
16 partages

PORTRAIT - Ce Niçois de 55 ans, dont la mort a été annoncée par un groupe islamiste algérien, avait été kidnappé alors qu'il faisait un trek en Kabylie.

Dans une vidéo postée mercredi, le groupe Jund al-Khilafa, lié à l'organisation Etat islamique, revendique la décapitation du Français Hervé Gourdel. Ce Niçois, âgé de 55 ans, avait été enlevé en Kabylie dimanche soir. Dans une précédente vidéo publiée lundi, le groupe djihadiste menaçait de le tuer si la France ne cessait pas ses frappes en Irak.

>> LIRE AUSSI - Les ravisseurs d'Hervé Gourdel revendiquent sa mort

C'est dimanche soir que l'homme a été enlevé, vers 21 heures, alors qu’il circulait en voiture près de Tizi Ouzou. Les autres occupants du véhicule, des Algériens, ont été libérés par les assaillants ; la voiture abandonnée sur place. 

>> LIRE AUSSI - Algérie : un Français enlevé et menacé par un groupe islamiste

Au téléphone avec son épouse. Après l’annonce de son enlèvement, la femme d’Hervé Gourdel s'était enfermée chez elle, expliquaient ses proches à Europe 1. Quelques heures à peine avant son enlèvement, elle l’avait eu au téléphone. La mère d’Hervé Gourdel avait rapporté la discussion à Europe 1 : "Je ne t’appellerai peut-être pas pendant deux jours car on part faire un trek et je ne sais pas si [le téléphone] passe", lui avait-il alors expliqué. Hervé Gourdel était arrivé quelques jours auparavant en Algérie, pour y faire un trek, "un peu de spéléo" aussi, selon sa mère. Il avait voyagé seul, selon sa mère, et devait retrouver un Franco-algérien de Lille. 

Guide, formateur, passionné de photo. Depuis son enfance, le Niçois de 55 ans était un passionné de montagne. Sur son site internet, il expliquait avoir rapidement abandonné ses études à la fac de Nice pour devenir guide de haute montagne. Il exerçait dans les Alpes-Maritimes, en particulier dans le parc du Mercantour. Mais sa mère expliquait que généralement, "il ne [faisait] pas tellement de trek, il [amenait] surtout les gens au Mont-Blanc, au Mont-Rose et dans la région".

En plus de son travail de guide, Hervé Gourdel exerçait aussi comme formateur, dans le cadre d’une association créée avec un ami. En parallèle, il expliquait aussi sur sa page personnelle être un passionné de photographie, un hobby qu’il couplait avec son travail de guide.

Hervé Gourdel avait déjà voyagé au Viet-Nam, en Jordanie, au Népal mais aussi au Maroc, où il s’était rendu dans l’Atlas.

>> LIRE AUSSI - La France cible de l'Etat islamique