Punis pour ne pas avoir assez pleuré Kim Jong-il

  • A
  • A
Punis pour ne pas avoir assez pleuré Kim Jong-il
@ CAPTURE ITELE
Partagez sur :

Pyongyang condamne les habitants qui n'ont pas versé assez de larmes lors du deuil du "cher leader".

La présentatrice de la chaîne nationale en larme, des femmes en pleurs au pied de l’escalator emprunté par Kim Jong-il peu avant sa mort, ou encore des scènes de désespoir à travers toute la Corée du Nord. Ces images ont fait le tour du monde. L’agence de presses officielle avait même annoncé une chute des températures,  les "pleurs" de certains ours et des pies suite à la disparation du dictateur nord coréen le 17 décembre dernier.

Véritable chagrin, larmes imposées par la propagande ou larmes versées par des pleureuses professionnelles ? Dans la Grèce Antique déjà des pleureuses étaient invitées pour égayer la cérémonie funéraire de leurs cris et autres lamentations. Lors de la mort de Staline, les mêmes scènes de désespoirs avaient marqué les télévisions du monde.

6 mois dans un camp de travail

Mais moins d’un mois après la mort du "Cher leader", le nouveau pouvoir en place commence à punir des habitants qui "n'ont pas assez pleuré ou qui ne semblaient pas sincères",  lors du deuil de Kim Jong-il, révèle le Daily NK, un site basé en Corée du Sud.  La sanction : 6 mois dans un camp de travail. Même punition pour ceux qui n'auraient pas participé aux rassemblements en l'honneur de l’ancien dictateur.

Des procès publics en cours

Des procès publics auraient aussi lieu pour juger les Nord-Coréens qui auraient tenté de quitter le pays ou essayé d'appeler des pays étrangers via un téléphone portable. Les habitants qui auraient critiqué le système dynastique  risquent d'être bannis de leur famille et envoyés loin de chez eux, détaille aussi le quotidien.
Kim Jong-Un, successeur de Kim Jong-il, apparaît aussi intransigeant que son père. Selon le Daily NK, "tous les jours de 7 heures du matin à 7 heures du soir, des véhicules du pouvoir circulent dans les rues pour diffuser la propagande du régime et déclarer la grandeur de Kim Jong-Un".