Poutine appelle les Occidentaux à éviter toute "victime civile" à Mossoul

  • A
  • A
Poutine appelle les Occidentaux à éviter toute "victime civile" à Mossoul
@ Mahmoud al-Samarrai / AFP
Partagez sur :

Cette offensive, dont la date n'a pas encore été précisée, vise à reprendre Mossoul, dans le nord de l'Irak, des mains de l'organisation Etat islamique, qui en a fait sa place forte depuis 2014.

La coalition dirigée par les Etats-Unis doit éviter toute "victime civile" lors de son offensive imminente sur Mossoul, en Irak, a lancé dimanche Vladimir Poutine, alors que la Russie est accusée par les Occidentaux de "crimes de guerre" en Syrie.

"Exclure toute victime parmi la population civile". "Nous espérons que nos partenaires américains, et en l’occurrence nos partenaires français aussi, agiront avec précision et feront tout pour minimiser, ou encore mieux, exclure toute victime parmi la population civile" lors de l'offensive que les forces irakiennes, soutenues par la coalition, s'apprêtent à lancer contre Mossoul, a déclaré le président russe. Cette offensive, dont la date n'a pas encore été précisée, vise à reprendre Mossoul, dans le nord de l'Irak, des mains de l'organisation Etat islamique, qui en a fait sa place forte depuis 2014.

"Nous n'allons pas attiser l'hystérie sur ce sujet, comme le font nos partenaires occidentaux, parce que nous comprenons que nous avons besoin de combattre le terrorisme et que pour cela, il n'y a pas d'autres moyens que les combats offensifs", a ajouté Vladimir Poutine lors d'une conférence de presse en marge du sommet des Brics (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du sud) à Goa, en Inde.

L'offensive russo-syrienne a tué plus de 370 personnes. Ces déclarations du président russe interviennent alors que les Occidentaux ont accusé à plusieurs reprises Moscou de commettre des "crimes de guerre" contre les civils d'Alep-est, la partie de la grande ville du nord contrôlée par les rebelles et soumise à d'intenses bombardements du régime et de son allié russe. Depuis l'échec du dernier cessez-le-feu fin septembre, l'offensive russo-syrienne contre cette partie d'Alep a tué plus de 370 personnes, essentiellement des civils, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme.