Pour Bruce Springsteen, Trump fait "honte" aux Etats-Unis

  • A
  • A
Pour Bruce Springsteen, Trump fait "honte" aux Etats-Unis
@ BERTRAND GUAY / AFP
Partagez sur :

La légende du rock, actuellement en Norvège, s’en est pris avec virulence au candidat républicain à la Maison-blanche.

Bruce Springsteen n’a pas de mots assez durs pour Donald Trump. Vendredi soir, lors d’une émission diffusée en Norvège et en Suède, le rockeur, comme d'autres stars avant lui,  a critiqué avec virulence le candidat républicain à la Maison-blanche, qualifié de démagogue. "Je ne pense pas qu'il va gagner, mais le fait même qu'il soit candidat est une grande honte si vous être un Américain", a-t-il notamment lancé.

"Une réponse très simple à des problèmes très très complexes". "L'absurdité dépasse le dessin humoristique. Mais il est si près (de la Maison Blanche) qu'on peut s'inquiéter", a ajouté le chanteur américain. Trump sait comment dire aux électeurs "certaines des choses qu'ils veulent entendre", y compris aux gens qui "ne sont pas à l'aise avec la coloration de l'Amérique", a encore affirmé la star. "Nous avons des problèmes aux Etats-Unis, des inégalités énormes dans la distribution de la richesses, qui sont le terreau de la démagogie", a expliqué Springsteen. Mais Trump "a une réponse très simple à tous ces problèmes très très complexes", selon Springsteen.

Engagé politiquement depuis 2004. Le chanteur doit publier la semaine prochaine ses mémoires, intitulées Born to Run, (Né pour courir), qui narrent son enfance dans le New Jersey jusqu'à ses succès musicaux. L'auteur de "Born in the USA", connu pour son endurance sur scène, a conquis des fans très variés dont le gouverneur du New Jersey, Chris Christie, un des premiers responsables du parti républicain à apporter son soutien à Trump. Springsteen a pendant des années assuré que sa musique parlait pour lui mais il est devenu plus engagé politiquement depuis 2004, quand il a fait campagne pour le démocrate John Kerry, actuel secrétaire d'Etat, face au républicain George W. Bush.