Jérusalem : une adolescente poignardée lors de la Gay Pride décède

  • A
  • A
Jérusalem : une adolescente poignardée lors de la Gay Pride décède
Six personnes ont été blessées par un extrémiste juif lors de la Gay Pride, jeudi soir, à Jérusalem.@ KOBI SCHUTZ / AFP
Partagez sur :

Une adolescente israélienne de 16 ans a succombé, dimanche, à ses blessures après avoir été poignardée avec cinq autres personnes par un extrémiste juif lors de la Gay Pride à Jérusalem, jeudi soir. Le gouvernement a promis de prendre des mesures contre les extrémistes. 

Une adolescente poignardée par un fanatique juif lors de la Gay Pride à Jérusalem, en Israël, a succombé dimanche à ses blessures, alors que le gouvernement israélien promettait plus de fermeté envers les extrémistes qui ont également incendié une maison palestinienne, tuant un bébé.

Récidiviste. Jeudi soir, Yishaï Shlissel, un colon ultra-orthodoxe, se ruait sur le défilé de la Gay Pride et blessait six personnes à coups de couteaux, dont Shira Banki, 16 ans, admise à l'hôpital "dans un état critique". Elle est morte dimanche soir. L'auteur présumé, Yishaï Shlissel, avait déjà commis une agression homophobe lors de la Gay pride de 2005 à Jérusalem. Il avait blessé trois participants. Condamné à 10 ans de prison, cet homme venait d'être libéré il y a trois semaines, mais la police assure qu'elle "ne disposait pas d'informations sur les intentions de cet homme". 

Israël sous le feu des critiques. Vendredi matin, Ali Dawabcheh, un bébé de 18 mois, mourait brûlé vif dans l'incendie de sa maison dans le nord de la Cisjordanie occupée par d'autres extrémistes, présentés par les Palestiniens comme des colons. Ses deux parents et son frère de quatre ans sont "entre la vie et la mort" dans des hôpitaux israéliens. Ces deux attaques ont provoqué la consternation et une volée de critiques en Israël et dans les Territoires palestiniens, comme à l'étranger. De l'opposition israélienne à l'ONU en passant par les Palestiniens, tous ont dénoncé des violences rendues possibles par "l'impunité" dont jouissent, selon différentes ONG, les colons et autres activistes d'extrême droite. 

Une "tolérance zéro" envers les extrémistes juifs. Face aux pressions, Benjamin Netanyahu a promis dimanche matin la "tolérance zéro" et son ministre de la Défense Moshé Yaalon a autorisé la mise en détention administrative, c'est-à-dire sans charge et pour une durée illimitée, d'extrémistes juifs. Cette mesure, habituellement réservée aux Palestiniens, pourrait donner aux enquêteurs le temps de réunir les preuves nécessaires à un procès, expliquent les médias.

Car pour les commentateurs, c'est le système policier et judiciaire qui est en panne quand il s'agit de ces extrémistes : Yishaï Shlissel, qui sortait tout juste de prison pour une attaque similaire, s'était répandu en propos homophobes dans les médias et sur les réseaux sociaux avant sa nouvelle attaque. Quant aux auteurs de l'incendie de la maison des Dawabcheh, trois jours après les faits, ils sont toujours en fuite et les Palestiniens placent peu d'espoir dans le gouvernement israélien sur lequel les partisans de la colonisation et de la droite nationaliste et religieuse ont la haute main.