Au moins 28 morts dans l'attaque d'un bus transportant des chrétiens en Égypte

  • A
  • A
Partagez sur :

Au moins 28 personnes ont trouvé la mort dans cette attaque et 25 ont été blessées.

Un groupe de coptes a été la cible d'une attaque vendredi en Égypte et au moins 28 d'entre eux ont été tués et 25 blessés, selon le porte-parole du ministère de la Santé, Khaled Megahed. De "nombreux enfants" figurent parmi les victimes.

L'attaque, commise par des personnes qui n'ont pas été identifiées, s'est produite dans la province rurale de Minya, à cinq heures du Caire. Les assaillants seraient toujours en vie et n'auraient pas été arrêtés, selon une source sécuritaire. Le gouverneur de la province a annoncé qu'il allait se rendre sur place et a indiqué que la police avait mis en place des points de contrôle sur la route où l'attaque a eu lieu.

Infographie sur l'attaque en Egypte

La minorité chrétienne cible de nombreux attentats. Les coptes se rendaient à bord de deux autocars et d'un camion à un monastère. La minorité chrétienne égyptienne a été victime de nombreux attentats ces derniers mois, notamment dans des églises et en particulier dans la cathédrale Saint Marc d'Alexandrie, le mois dernier, où une attaque suicide a fait une quarantaine de morts. Après la double attaque commise le jour des Rameaux, le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi avait déclaré l'état d'urgence pour trois mois. Il a accusé les djihadistes de semer la division dans le pays en s'en prenant aux minorités.

10% des habitants sont coptes. La minorité chrétienne représente environ 10% des quelque 90 millions d'habitants de ce pays. Les coptes forment la plus importante communauté chrétienne du Moyen-Orient, et l'une des plus anciennes, dans un pays où les musulmans sunnites sont largement majoritaires. 

"Le sang des chrétiens doit cesser de couler". Vendredi soir, Donald Trump a déclaré que "le sang des chrétiens [devait] cesser de couler". En marge de sa participation au G7 en Italie, le président américain a ajouté que "les terroristes s'étaient engagés une guerre de civilisation".

Plus tôt dans la soirée, Abdel Fattah al-Sissi a annoncé que la télévision d'Etat que l'Égypte avait frappé des cibles djihadistes dans l'est de la Libye. "Nous protégerons notre peuple et la sécurité nationale de l'Égypte, du Mal", a ajouté vendredi le président égyptien.