Obama : "nous allons détruire l'Etat islamique"

  • A
  • A
Obama : "nous allons détruire l'Etat islamique"
@ AFP
Partagez sur :

Le président américain a déclaré dimanche refuser le terrorisme comme "nouvelle norme". "Aller à Paris pour la conférence sur le climat montrera que "nous n'avons pas peur", a aussi déclaré Barack Obama.

Non au terrorisme comme "nouvelle norme". Dimanche lors d'une conférence de presse à Kuala Lumpur, où a lieu le sommet de l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est (Asean), Barack Obama s'est engagé à "détruire l'Etat islamique" qu'il a qualifié de "bande de tueurs".

Éliminer l'EI, un objectif "réaliste". Le président américain estime que les Etats-Unis et leurs alliés ne sont pas impuissants face à Daesh : il entend notamment couper les financements du groupe qui a revendiqué les attentats à Paris et traquer ses dirigeants. "Détruire (l'Etat islamique) n'est pas seulement un objectif réaliste, c'est une tâche que nous allons mener au bout", a déclaré le président américain. "Nous les éliminerons. Nous reprendrons les terres où ils sont, nous supprimerons leurs financements, nous traquerons leurs dirigeants, nous démantèlerons leurs réseaux, leur lignes de ravitaillement, et nous les éliminerons."

Obama compte sur Moscou. Barack Obama a ajouté qu'il "serait utile" que la Russie, engagée dans une campagne de frappes aériennes en Syrie depuis la fin septembre, concentre ses efforts sur les cibles de l'Etat islamique. Il a dit espérer que Moscou finirait par accepter une transition politique en Syrie incluant le départ du président Bachar al Assad. A propos de Bachar al Assad, Barack Obama a jugé que le laisser au pouvoir en Syrie "ne fonctionnerait pas".

Se rendre à Paris, un symbole et un message. "Aller à Paris pour la conférence sur le climat montrera que "nous n'avons pas peur", a par ailleurs estimé le président américain. Évoquant les attentats qui ont frappé la France et le Mali, le président américain a appelé à se souvenir que derrière le nombre de morts, "il y avait de belles vies".