Miss Texas attaque Donald Trump sur Charlottesville en pleine élection de Miss America

  • A
  • A
Partagez sur :

En accusant directement Donald Trump pour sa condamnation tardive après les violences de Charlottesville, Margana Wood, Miss Texas, a marqué l'élection de Miss America, dimanche.

Si elle n'a pas remporté la couronne de Miss America, Margana Wood s'est distinguée, dimanche soir, par une déclaration engagée. Au moment de la traditionnelle séance de questions aux miss, un journaliste, membre du jury, a adressé cette interrogation à Miss Texas : "Le mois dernier, un rassemblement de néo-nazis, de suprématistes blancs et de membres du Ku Klu Klan à Charlottesville a mal tourné et une contre-manifestante a été tuée (Heather Heyer, 32 ans, ndlr). Le président a déclaré qu'il y avait des torts partagés et qu'il y avait des gens biens des deux côtés. Etes-vous d'accord ? Expliquez", a demandé Jess Cagle, rédacteur en chef du magazine People, alors que l'émission était diffusée en direct à la télévision.

"Donald Trump aurait dû faire une déclaration plus tôt". Cette question brûlante aurait pu désarçonner la jeune femme de 22 ans, qui aurait pu opter pour une réponse consensuelle, sans faire de vague. Ça n'a pas été son choix. Très assurée, Margana Wood a répondu du tac au tac : "Je pense que le problème des suprématistes blancs… Il était évident qu'il s'agissait d'une attaque terroriste. Et je pense que le président Donald Trump aurait dû faire une déclaration plus tôt, et faire en sorte que tous les Américains se sentent en sécurité dans ce pays. C'est le problème numéro 1 en ce moment."

Un discours sans compromission qui a provoqué les acclamations du public. Mais qui n'a pas suffi à Miss Texas pour devenir Miss America.

Une condamnation présidentielle tardive. Le 12 août dernier, un conducteur a foncé sur une foule de personnes qui participaient à une contre-manifestation, en marge d'un rassemblement de groupuscules d'extrême-droite à Charlottesville, en Virginie. Heather Heyer, une avocate de 32 ans, a perdu la vie, et plusieurs personnes ont été blessées. Trois jours plus tard, Donald Trump - qui était resté bien silencieux sur cette attaque jusqu'alors - avait déclaré : "Je pense qu'il y a des torts des deux côtés". Vivement critiqué pour avoir refusé de dénoncer explicitement les groupuscules d'extrême droite après ces violences, Donald Trump avait finalement déploré ces "violences racistes" et pointé du doigt les suprématistes blancs.