Migrants : vers un "code de conduite pour les ONG" face à la pression sur l'Italie

  • A
  • A
Migrants : vers un "code de conduite pour les ONG" face à la pression sur l'Italie
Le nombre de migrants qui débarquent sur les côtes italiennes ne cesse d'augmenter@ CARLO HERMANN / AFP
Partagez sur :

Parmi les mesures proposées, l'Italie, la France et l'Allemagne préconisent de mieux coordonner les ONG et de renforcer les contrôles à la frontière libyenne.

Les ministres de l'Intérieur italien, français et allemand veulent "travailler à un code de conduite pour les ONG" venant au secours des migrants en Méditerranée et "renforcer le soutien aux gardes-côtes libyens", afin d'"endiguer le flux" arrivant en Italie, a indiqué Beauvau lundi.

"Renforcer la stratégie de l'UE pour les retours". Ces propositions, qui seront soumises aux 28 États membres de l'UE en fin de semaine, prévoient aussi de "renforcer la stratégie de l'UE pour les retours" des migrants dans leurs pays, de fournir un "soutien additionnel" au HCR (Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés) pour améliorer les infrastructures d'accueil en Libye et à "accélérer le dispositif européen de relocalisation", selon un communiqué publié après une réunion dimanche à Paris en présence du commissaire européen en charge des migrations.

Ouvrir les ports européens serait "contre-productif". Lors d'un dîner de travail dimanche soir à Paris, Gérard Collomb, Marco Minniti, Thomas de Maizière ainsi que le commissaire européen aux migrations Dimitris Avramapoulos ont "exprimé leur solidarité résolue avec l'Italie, qui fait face à un nombre croissant d'arrivées". Rome avait appelé les Européens la semaine dernière à ouvrir leurs ports aux bateaux secourant les migrants pour alléger le flux arrivant dans le pays. 

Mais "les partenaires ont jugé que ce n'était pas l'option la plus à même de répondre à la situation actuelle", car cela serait "contre-productif" en risquant de "créer un appel d'air supplémentaire", souligne-t-on dans l'entourage de Gérard Collomb. L'idée est donc de "faire en sorte de mieux tarir les flux irréguliers en amont" et d'"aider les Italiens à mieux gérer les flux à l'arrivée en Italie", ajoute-t-on de même source.

Mieux coordonner les ONG. Le code de conduite devra être préparé et présenté par l'Italie "afin d'améliorer la coordination avec les ONG opérant en Méditerranée centrale", précise Beauvau dans son communiqué. Parmi les mesures décidées dimanche se trouve aussi un appel à "accélérer le dispositif européen de relocalisation" (c'est-à-dire la répartition des réfugiés depuis des centres en Italie ou en Grèce). De ce point de vue, "la France et l'Allemagne se sont engagées à renforcer leurs efforts".

Renforcer les contrôles à la frontière libyenne. Les trois pays veulent aussi examiner comment renforcer les contrôles à la frontière Sud de la Libye "afin d'endiguer les flux migratoires irréguliers", et ce "en coordination étroite avec les pays voisins de la Libye". Le renforcement évoqué du soutien aux gardes-côtes libyens se fera "en augmentant les activités de formation" et "en fournissant un appui financier additionnel, tout en assurant un suivi étroit des activités", précise le communiqué.

Pour ce qui est du soutien à l'OIM (Organisation internationale pour les migrations) et au HCR, il vise à "permettre que les infrastructures en Libye atteignent les standards internationaux en termes de conditions de vie et de droits de l'Homme".