Migrants : l'UE approuve un accord avec la Turquie

  • A
  • A
Migrants : l'UE approuve un accord avec la Turquie
Le président du Conseil européen Donald Tusk a recommandé aux 28 pays de l'UE d'approuver un nouveau projet d'accord avec la Turquie pour tenter de tarir les flux de migrants. @ Sebastien Chenal / MARINE NATIONALE / AFP
Partagez sur :

Les migrants arrivant sur les îles grecques depuis les côtes turques seront renvoyés vers la Turquie à partir du 20 mars.

Les 28 pays membres de l'Union européenne ont conclu vendredi un accord crucial avec Ankara au terme duquel tous les migrants arrivant dans les îles grecques à compter de dimanche seront renvoyés vers la Turquie, ont annoncé plusieurs dirigeants. L'UE, confrontée à la plus grave crise migratoire depuis 1945, sollicitait depuis six mois la Turquie pour qu'elle l'aide à endiguer les flux en Mer Egée. Vendredi à la mi-journée, les 28 pays membres de l'Union ont approuvé un projet d'accord négocié toute la matinée à Bruxelles entre le président du Conseil européen et le Premier ministre turc Ahmet Davutoglu.

Retour vers la Turquie. "Accord avec la Turquie approuvé. Tous les migrants qui gagneront la Grèce à partir de la Turquie à compter de dimanche seront renvoyés", a écrit sur son compte Twitter le Premier ministre tchèque Bohuslav Sobotka. L'annonce du feu vert unanime de l'UE à cette nouvelle proposition d'accord négociée par Donald Tusk est venue d'un tweet du Premier ministre finlandais Juha Sipila. "L'accord avec la Turquie a été approuvé", a-t-il écrit, lui aussi rapidement confirmé par d'autres responsables européens. Pour le principe, la validation de l'accord par les 28 devait être présentée officiellement à Davutoglu dans l'après-midi. Les dirigeants européens devaient approuver formellement les conclusions de ce sommet européen ouvert jeudi, avant une conférence de presse finale.

Négociation. Au terme d'une première séance de travail jeudi les chefs d'Etat et de gouvernement des 28 s'étaient entendus sur une "position commune" intégrant les "lignes rouges" posées par les uns et les autres à un premier projet d'accord ébauché le 7 mars. Dans sa négociation avec le Premier ministre turc vendredi matin, Donald Tusk "a tenu compte de ce qui a été dit hier (jeudi) soir", selon la source diplomatique européenne, et à la mi-journée il a recommandé aux 28 d'approuver "sans changements" une proposition d'accord révisée.