Mali : double attaque contre l'ONU à Tombouctou, neuf morts dont un Casque bleu

  • A
  • A
Mali : double attaque contre l'ONU à Tombouctou, neuf morts dont un Casque bleu
Les Casques bleus de l'ONU étaient visés.@ SOULEYMANE AG ANARA / FP / AFP
Partagez sur :

Neuf personnes, dont un Casque bleu, sont morts dans cette attaque menée par six "terroristes", tous neutralisés.

Neuf personnes, dont un Casque bleu et cinq agents de sécurité maliens, ont été tuées lundi lors de deux attaques distinctes contre la mission de l'ONU au Mali (Minusma) à Tombouctou. Ces attaques sont survenues la veille d'une réunion du Conseil de sécurité des Nations unies sur la paix et la sécurité en Afrique. 

Un camp visé, un Casque bleu tué. Une première attaque d'"hommes armés non identifiés" a visé des camps de la Minusma à Douentza dans le centre du pays, a annoncé la force de l'ONU au Mali. Un Casque bleu, dont la nationalité n'a pas été précisée, et un soldat malien ont été tués, selon la Minusma. Un autre Casque bleu a été blessé. En outre, deux assaillants ont été tués dans la riposte des soldats de l'ONU. "Un premier groupe d'assaillants a tiré sur un camp de la Minusma à partir d'une colline adjacente. En réaction, les forces armées maliennes, établies à proximité du camp, ont riposté", a expliqué la Minusma. "Un deuxième groupe se dirigeant à pied vers l'autre camp de la Minusma a ouvert le feu. Les Casques bleus ont riposté et deux assaillants ont été abattus", a ajouté la Minusma, qui a condamné "cette attaque terroriste révoltante".

Le QG de l'ONU visé. Lors d'une deuxième attaque, des hommes armés ont attaqué le QG de la Minusma à Tombouctou. Selon "des éléments préliminaires", cinq gardes de la Minusma, tous de nationalité malienne, un membre de la gendarmerie malienne et un agent civil contractuel de la Minusma, ont été tués, a indiqué la Minusma. En outre, un garde de sécurité malien et six Casques bleus ont été blessés, dont deux grièvement. "Six assaillants ont été abattus lors de la riposte de la Minusma à l'attaque", a précisé l'ONU.

La Minusma a ensuite déployé une force de réaction rapide destinée à "sécuriser le quartier général de la Mission et des hélicoptères d'attaque pour traquer d'éventuels assaillants", a-t-elle expliqué. Le chef de la Minusma, Mahamat Saleh Saleh Annadif, a condamné un "acte lâche et ignoble".