Macron appelle le G5 Sahel à prouver son efficacité sur le terrain

  • A
  • A
Macron appelle le G5 Sahel à prouver son efficacité sur le terrain
Les forces du G5 Sahel s'ajouteront à celles de la Minusma et de Barkhane.@ KENZO TRIBOUILLARD / AFP
Partagez sur :

Les forces armées du G5 Sahel, qui devraient être constituées de 5.000 hommes, "doivent convaincre que le G5 peut-être efficace" selon Emmanuel Macron. Le président de la République s'est exprimé lors du sommet de l'organisation, à Bamako.

Emmanuel Macron a promis dimanche à Bamako, au Mali,  d'aider les pays du G5 Sahel (Mali, Niger, Burkina Faso, Mauritanie, Tchad) à obtenir des financements pour leur force conjointe, mais les a exhortés à en démontrer l'efficacité face aux djihadistes.



"Les résultats doivent être au rendez-vous". "Ce sera à vous et à vos armées de convaincre que le G5 peut être efficace, dans le respect des conventions humanitaires. Les résultats doivent être au rendez-vous pour convaincre nos partenaires", a déclaré Macron Macron à l'ouverture du sommet du G5 Sahel dans la capitale malienne.

Devant les présidents Ibrahim Boubacar Keïta (Mali) , Idriss Déby Itno (Tchad), Mohamed Ould Abdelaziz (Mauritanie), Roch Marc Christian Kaboré (Burkina Faso) et Mahamadou Issoufou (Niger), il a salué "une dynamique, un mouvement de fond que la France est fière d'accompagner".

Les forces du G5 Sahel s'ajouteront à celles de Barkhane et de la Minusma. Déployée dans un premier temps aux confins du Mali, du Burkina Faso et du Niger, la force du G5 s'ajoutera à l'opération française Barkhane qui traque les djihadistes dans le Sahel et à la Mission de l'ONU au Mali (Minusma).

L'idée d'une force régionale, soutenue par Paris, avait été relancée le 6 février lors d'un sommet à Bamako. Elle doit démarrer avec environ 5.000 hommes fournis par les cinq pays, qui ambitionnent de doubler cet effectif à terme.

Un budget de 450 millions d'euros. L'Union européenne (UE) a déjà promis 50 millions d'euros. Le ministre malien des Affaires étrangères Abdoulaye Diop a évoqué samedi soir un budget total de 450 millions de dollars. Concernant les 50 millions d'euros annoncés par l'UE, Emmanuel Macron y a vu "l'amorce d'un engagement dans la durée" que compte favoriser la France.



Paris compte notamment sur l'Allemagne, les Pays-Bas et la Belgique, et espère aussi, selon la présidence française, un "soutien concret" des États-Unis, présents militairement dans la région avec notamment des drones basés au Niger.