Les services secrets britanniques invités à recruter des mamans

  • A
  • A
Les services secrets britanniques invités à recruter des mamans
@ BEN STANSALL / AFP
Partagez sur :

Un rapport parlementaire appelle les agences du renseignement britannique à recruter des femmes d’âge moyen et des mères de famille.

Quand on pense "agent secret", on ne pense pas forcément à une mère de famille d’âge moyen. C’est pourtant ce que souhaiteraient des parlementaires britanniques, qui appellent les trois agences de renseignement du pays à recruter plus de mères de famille, y compris en faisant de la publicité sur les sites spécialisés. Car l’"expérience de la vie" de ces "Jane Bond" qui ont "élevé une famille" pourrait permettre aux services secrets britanniques d’en finir avec leur culture très masculine.

37% de femmes sur 12.000 employés. Pour l’heure, force est de constater que les femmes sont peu nombreuses au MI5 (les services de renseignement intérieurs), au MI6 (les renseignements extérieurs) et au GCHQ (les écoutes, l’équivalent de la NSA américaine). Parmi les 12.000 employés que comptent ces trois agences, on trouve en effet seulement 37% de femmes, contre 53% dans le service public britannique. Et les femmes ne sont que 19% à occuper des postes à responsabilités, contre 38% dans le service public.

Pour celles qui y travaillent, la progression professionnelle dans ces trois agences n’est pas chose facile. "Il nous apparaît clairement qu’il existe une hiérarchie intermédiaire – que certains appellent le permafrost – qui a une mentalité et une vision très masculine et traditionnelle", explique ainsi la députée travailliste Hazel Blears. Ce qui renforce "une culture managériale qui récompense celui qui parle le plus fort ou qui se montre le plus agressif dans la poursuite de sa carrière, sans reconnaître la valeur d’une approche plus collaborative".

"Une précieuse expérience de la vie". Et les services secrets britanniques pourraient bénéficier d’une approche un peu différente. "Les femmes et les mères d’âge moyen disposent d’une précieuse expérience de la vie et pourraient offrir une source de recrutement inexploitée jusqu’ici", souligne le rapport. Car "beaucoup du travail, au MI5 en particulier, consiste à construire du relationnel, de la confiance", pendant des mois, voire des années. 

Pour attirer les femmes, les parlementaires préconisent de miser notamment sur la pub, "y compris dans des médias spécialisés pour les femmes ou les mères", comme le site Mumsnet, destiné aux parents. La recommandation n’est pas passée inaperçue et elle a fait sourire les internautes britanniques. Un utilisateur du site note ainsi avec humour que "tout le monde sait bien que les parents ont des yeux derrière la tête". 

Plus largement, le rapport plaide pour une plus grande diversité dans les recrutements. "Si tous les professionnels sortent du même moule, avec le même parcours et les mêmes caractéristiques, alors ils seront susceptibles d’avoir les mêmes travers qui limiteront leurs capacités à définir les problèmes et à chercher des solutions", écrivent les parlementaires.

Quant à savoir si le message est bien passé auprès des espions de Sa Majesté, il suffit de regarder le casting du prochain James Bond, "Spectre", pour constater que des progrès sont en cours : le réalisateur, Sam Mendes, a en effet choisi de casser l’image de la James Bond girl jeune en choisissant l’Italienne Monica Bellucci, qui a fêté ses 50 ans cette année. 

>> LIRE AUSSI - Le "permis de foncer" pour les espions britanniques

>> LIRE AUSSI - La vie du patron du MI6 dévoilée... sur Facebook