Les pressions de Trump sur l'Europe inacceptables, selon Hollande

  • A
  • A
Les pressions de Trump sur l'Europe inacceptables, selon Hollande
François Hollande a mis en garde certains pays européens qui seraient tentés d'établir des relations bilatérales avec les États-Unis@ ANDREAS SOLARO / AFP
Partagez sur :

François Hollande a affirmé qu'"il n'y a pas d'avenir avec Trump s'il n'est pas défini en commun" par les Européens.

Le président français François Hollande a jugé vendredi à Malte inacceptables les pressions du président américain Donald Trump sur l'Union européenne.

Une réponse à Donald Trump. "Il ne peut pas être accepté qu'il y ait, à travers un certain nombre de déclarations du président des États-Unis, une pression sur ce que doit être l'Europe ou ce qu'elle ne doit plus être", a déclaré le président français à son arrivée au sommet européen de Malte, à La Valette. Le chef de l'État français a également mis en garde tous ceux qui seraient tentés en Europe, notamment centrale, par des relations essentiellement bilatérales avec le président américain.

Un avenir "d'abord avec l'Union européenne". "Il n'y a pas d'avenir avec Trump s'il n'est pas défini en commun" par les Européens, a averti François Hollande, estimant que "ce qui se joue c'est le destin même de l'Union européenne". "Beaucoup de pays devraient penser que leur avenir est d'abord dans l'Union européenne plutôt que d'imaginer je ne sais quelle relation bilatérale avec les États-Unis, même s'il est normal que chacun parle avec le président américain", a-t-il souligné. "Qui sait ce que veut véritablement le président des États-Unis, notamment par rapport à l'Alliance atlantique", a ainsi relevé François Hollande.

L'unité de l'Union avant tout. La chancelière allemande Angela Merkel a, elle aussi, appelé les Européens à faire preuve d'unité face au président américain. "J'ai déjà dit que l'Europe a son destin entre les mains, et je crois que plus nous disons clairement comment nous définissons notre rôle dans le monde, mieux nous pouvons gérer nos relations transatlantiques", a déclaré Angela Merkel à son arrivée au sommet de Malte.

François Hollande avait déjà appelé samedi l'Europe à faire bloc et à opposer une réponse "ferme" à son homologue américain, qui s'était réjoui bruyamment du Brexit, "une chose merveilleuse" selon lui.