Irak : premières frappes américaines près de Bagdad

  • A
  • A
Irak : premières frappes américaines près de Bagdad
@ Reuters
Partagez sur :

12 ANS PLUS TARD - Douze ans après l'invasion de l'Irak, les Etats-Unis ont frappé les positions de l'Etat islamique au sud-ouest de Bagdad.

Un raid près de Bagdad. L'armée américaine a annoncé lundi l'extension de sa campagne militaire contre l'Etat islamique (EI) en Irak par un raid de ses avions de chasse sur une cible djihadiste près de Bagdad.

"Cette frappe aérienne au sud-ouest de Bagdad est la première frappe entreprise dans le cadre d'efforts accrus, qui vont au-delà de la protection de notre propre peuple et des missions humanitaires, pour frapper des cibles de l'EI pendant que les forces irakiennes passent à l'offensive", a déclaré le Commandement central dans un communiqué.

D'autres frappes dans le nord du pays. Dans un discours prononcé mercredi dernier après l'exécution d'un deuxième otage américain par le groupe radical sunnite,Barack Obama a promis d'éradiquer l'EI, qui a conquis de vastes territoires en Irak et en Syrie ces derniers mois. Une autre frappe a eu lieu au nord de l'Irak, près de Sinjar, et a détruit six véhicules de l'EI, a encore indiqué le Centcom ajoutant que ces deux raids ont eu lieu "au cours des dernières 24 heures".
>> LIRE AUSSI : La conférence de Paris soutiendra l'Irak "par tous les moyens" 

Les suites de la conférence de Paris.  A l'issue d'une réunion de trois heures à Paris, 27 pays arabes et occidentaux et trois organisations internationales ont martelé que Daesh (acronyme arabe de l'EI) était "une menace non seulement pour l'Irak, mais aussi pour toute la communauté internationale". Ils se sont "engagés à soutenir le nouveau gouvernement irakien dans sa lutte contre Daesh par tous les moyens nécessaires, y compris une aide militaire appropriée", selon le communiqué final d'une conférence présidée par les chefs d'Etat français François Hollande et irakien Fouad Massoum.

>> LIRE AUSSI : Le président irakien qualifie l'EI de danger mondial 

"Il n'y a pas de temps à perdre", a exhorté M. Hollande, son homologue irakien réclamant une intervention aérienne "rapide".Depuis le 8 août, les forces américaines ont conduit un total de 162 raids aériens contre les extrémistes ultra-radicaux sunnites dans le nord de l'Irak.

>> LIRE AUSSI : Pourquoi il sera compliqué de combattre l'EI 

La France a entamé des vols de reconnaissance. La France, qui arme les combattants kurdes irakiens face à l'EI et qui s'était déjà dit prête à participer à des frappes, a quant à elle procédé lundi à ses premiers vols de reconnaissance au-dessus de l'Irak.Mais les pays membres de la future coalition que les Etats-Unis s'efforcent de bâtir n'ont pas annoncé la manière dont ils comptaient riposter à l'EI.La stratégie contre le groupe armé, "c'est bien plus que des frappes", a lancé le secrétaire d'Etat John Kerry, qui bouclait une tournée marathon qui l'a mené à Bagdad, Amman, Jeddah, Ankara et Le Caire, où il a rallié des soutiens des poids lourds de la région, comme l'Arabie saoudite et l'Egypte.

L'EI frappe les avions syriens. L'Etat islamique n'est pas en reste, puisque les jihadistes ont abattu un avion militaire syrien au-dessus de Raqa, leur place forte dans le pays. L'Observatoire syrien des Droits de l'Homme a déclaré qu'ils s'agissait du premier avion militaire syrien depuis le début des raids lancés contre le califat."