La diplomatie internationale en quête d'une nouvelle donne pour la Syrie

  • A
  • A
La diplomatie internationale en quête d'une nouvelle donne pour la Syrie
@ AFP
Partagez sur :

Les principaux acteurs diplomatiques du dossier syrien se retrouvent pour la première fois vendredi à Vienne pour discuter d'une solution à la crise syrienne. 

L'ESSENTIEL

Il n'y a jamais eu autant de monde autour de la table pour essayer de trouver une solution à la crise syrienne. Les principaux acteurs diplomatiques du dossier syrien, dont les deux grands rivaux iraniens et saoudiens, se retrouvent pour la première fois vendredi à Vienne pour discuter des possibilités de règlement politique du conflit qui fait rage depuis plus de quatre ans.

Un tournant diplomatique majeur malgré les divergences. Aucun accord décisif sur l'avenir du régime de Bachar al-Assad n'est attendu à ce stade mais la simple présence de protagonistes aux positions encore très divergentes est perçue comme un progrès. Tournant diplomatique majeur dans la crise syrienne: l'Iran, allié du régime de Damas, participe aux discussions de Vienne, un signe supplémentaire du retour de Téhéran dans la communauté internationale quelques mois après la signature d'un accord sur son potentiel nucléaire.

"Accorder à l'Iran une place à table". Arrivé jeudi dans la capitale autrichienne, le chef de la diplomatie américaine John Kerry y a rencontré séparément ses homologues iranien Mohammad Javad Zarif et russe Sergueï Lavrov, fidèles soutiens du régime syrien dans le conflit qui a fait plus de 250.000 morts depuis 2011. "Il est désormais temps d'accorder à l'Iran une place à la table", a estimé M. Kerry, entérinant le revirement de la position américaine, jusque-là hostile à cette idée.

Pour le secrétaire d'État américain, les pourparlers de Vienne sont "l'occasion la plus prometteuse de trouver une ouverture politique", même si Washington ne nourrit pas d'espoir d'une solution immédiate.

L'opposition syrienne invitée ? Le Kremlin souhaite que l'opposition syrienne élabore une approche commune et compose une délégation chargée de discuter avec Damas, a déclaré vendredi le vice-ministre des Affaires étrangères Mikhaïl Bogdanov cité par des agences de presse russes.

La Russie et l'Arabie saoudite ont échangé des listes de personnalités de l'opposition qu'elles jugent susceptibles de participer aux discussions organisées à Vienne. La Russie souhaite que l'Armée syrienne libre et les Kurdes soient conviés à ces négociations, a-t-il également déclaré.