Les ministres allemands privés d'iPhone

  • A
  • A
Les ministres allemands privés d'iPhone
@ MAXPPP
Partagez sur :

Les réseaux de téléphonie du gouvernement allemand sont victimes d'attaques pirates.

Plus d'iPhone et de Blackberry pour les ministres allemands. A cause d'une hausse "spectaculaire" du nombre d'attaques contre les réseaux allemands de téléphone et internet, le gouvernement allemand a demandé à ses membres de bannir l'utilisation de ces smartphones.

Les ministères, les ambassades et l'administration sont victimes d'une offensive d'envergure de piratage de leurs réseaux de communication, a argumenté le ministre de l'Intérieur, Thomas de Maizière, dans une interview au quotidien économique Handelsblatt. Or "le gouvernement doit garder à l'esprit qu'il doit protéger son propre réseau de manière efficace", a-t-il dit.

Selon une note interne du ministère, citée par le Handelsblatt, "les réseaux de téléphonie mobile, en particulier, sont un facteur de danger". Le journal indique, en citant les services allemands du renseignement, que les attaques proviendraient de services de renseignements étrangers et du crime organisé. Certains pays cherchent notamment à accéder aux aux messages électroniques.

Les smartphones BlackBerry, fabriqués par le Canadien Research in Motion (RIM), offrent un haut niveau de protection des données et des courriels, mais l'Allemagne s'inquiète semble-t-il que les données transitent toutes via deux centres de RIM au Canada et en Grande-Bretagne. Les ministres ont donc été invités à utiliser plutôt les appareils Simko de la compagnie de téléphonie nationale Deutsche Telekom.

L'Allemagne n'est pas le seul pays à se préoccuper de la sécurité des données. L'Arabie saoudite avait menacé début août la suspension des services de BlackBerry. Les Emirats arabes unis prévoient eux aussi de suspendre dès octobre certains services du téléphone multifonctions BlackBerry non conformes aux lois en vigueur dans le pays et qui soulèveraient des problèmes de sécurité, selon les autorités. Et l'Inde s'interrogerait à son tour sur des mesures similaires.