Cinq choses à savoir sur la nouvelle Commission européenne

  • A
  • A
Cinq choses à savoir sur la nouvelle Commission européenne
@ Reuters
0 partage

COMPOSITION - Qui a obtenu quoi ? Voici l’équipe nommée par Jean-Claude Juncker, et ce qu’il faut en retenir.

"C’est une équipe gagnante", a lâché Jean-Claude Juncker au terme d'un long suspense. Le président de la nouvelle Commission européenne a présenté, mercredi, ses 27 commissaires et leurs responsabilités. Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’ancien Premier ministre luxembourgeois innove : entre l’ouverture à l’Est, la place des femmes et un nouveau fonctionnement, voici ce qu'il faut en retenir.

>> LIRE AUSSI : Le commissaire européen, mode d’emploi

Moscovici Juncker 1280

© Reuters

1 – Moscovici, pieds et poings liés aux Affaires économiques. La France le souhaitait, Juncker l’a fait : Pierre Moscovici s’est vu confier le très convoité poste de commissaire européen chargé des Affaires économiques et monétaires. Une nomination qui risque de faire grincer bien des dents chez les adeptes des politiques de rigueur, qui s’étaient fortement opposés à cette nomination. Qu’ils se rassurent, l’ancien ministre français ne risque pas de disposer d’une très grande marge de manœuvre… Les explications, ici.

organisation commission juncker 1280

© Reuters

 

2 – Un exécutif reformaté. Pour cette nouvelle Commission, Jean-Claude Juncker met en place une nouvelle hiérarchie. Un lourd chantier, visant à faire évoluer le fonctionnement collégial vers ce qui pourrait s’apparenter à un véritable gouvernement européen. Un moyen, dixit l’intéressé, d’être "plus proche des citoyens".

Pour commencer, le président Juncker a doté les sept vice-présidents qu’il a nommés de pouvoirs étendus. Des postes pensés pour "piloter les grandes priorités de l’Union européenne". Parmi eux, il pourra même s’appuyer sur un bras droit, "son adjoint", le Néerlandais Frans Timmermans.

Chacun de ces vice-présidents aura pour mission de transmettre les ordres du président aux commissaires sous leur autorité, et de rapporter les résultats. Un fonctionnement pyramidal, en somme, et bien plus "politique" qu’auparavant.

Donald Tusk 1280

© Reuters

3 – Une Europe plus ouverte à l’Est. Avec la désignation, fin août, de l’ancien Premier ministre polonais Donald Tusk à la présidence du conseil européen, l’Europe affiche un nouveau visage, plus tourné à l’Est. Cette "ouverture" est confirmée par la nouvelle Commission européenne : sur les sept postes de vice-président, quatre ont été confiés à l'Estonie, la Bulgarie, la Lettonie, et la Slovénie. Aucun n’a été donné à un poids lourd de Berlin, Paris ou Londres, figures phares de "l’Ouest".

Une apparence un peu trompeuse. Le trio Allemagne-France-Royaume-Uni est en pointe sur l’économie dans la nouvelle équipe dévoilée mercredi. Ces trois pays ne souhaitaient pas, par ailleurs, devoir essuyer les plâtres d’un poste de "vice-président nouvelle génération" imaginé par Jean-Claude Juncker. En résumé, l’Europe de l’Est accède au devant de la scène, mais celle de l’Ouest sera toujours aussi influente.

Federica Mogherini 1280

© Reuters

4 - Neuf femmes pour dix-neuf hommes. Comme prévu, la nouvelle Commission européenne ne respecte pas la parité. Et ne s’en approche même pas. Sur les 28 postes, celui du président inclus, seuls 9 ont été confiés à des femmes.

Un problème épineux pour Jean-Claude Juncker, qui avait pourtant bien insisté pour que les différents Etats membres de l’UE proposent des femmes candidates. En vain. "Ce n'est pas vraiment une avancée, mais il n'y a pas de recul", a commenté, à ce sujet, le futur président.

A noter, toutefois, la promotion de sept femmes en tant que vice-présidentes. L’Italienne Federic Mogherini, élue de facto à ce poste lorsqu’elle a été choisie, fin août, pour remplacer Catherine Ashton en tant que chef de la diplomatie européenne. Ainsi que la Bulgare Kristalina Georgieva, chargée des Budgets et des Ressources humaines, et la Slovène Alenka Bratusek, qui hérite de l’Union de l’énergie.

Parlement européen 1280

© Reuters

5 – Une Commission qui peut encore évoluer. Il est important de le rappeler : l’équipe présentée mercredi a encore une grande étape à franchir si elle souhaite prendre ses fonctions normalement, le 1er novembre. En l’occurrence, chaque commissaire, tour à tour, va être auditionné devant le Parlement européen, avant que ce dernier se lance un vote d’approbation. A tout moment, si un seul des 28 nommés pose problème, les parlementaires peuvent lancer une motion de censure. Il faudra alors tout recommencer, comme en 2004.

Si l’approbation est accordée, la Commission européenne sera alors officiellement nommée par le Conseil européen. Et le travail pourra ainsi commencer.

Composition de la nouvelle Commission européenne :

Le Président.Jean-Claude Juncker, 59 ans (Luxembourg).

Premier vice-président, chargé de l’Amélioration de la réglementation. Frans Timmermans, 53 ans (Pays-Bas).

Haute représentante pour les Affaires étrangères. Federica Mogherini, 41 ans. (Italie).

Vice-président, chargé de l’Emploi, Croissance, Investissement et Compétitive. Jyrki Katainen, 42 ans (Finlande).

Vice-président, chargé de l’Euro et du Dialogue sociale. Valdis Dombrovskis, 43 ans (Lettonie).

Vice-présidente, chargée du Budget et Ressources humaines. Kristalina Georgieva, 61 ans (Bulgarie).

Vice-présidente, chargée de l’Union de l’Energie. Alenka Bratusek, 44 ans (Slovénie).

Vice-président, chargé du Marché unique numérique. Andrus Ansip, 57 ans (Estonie).                 

Commissaire chargé des Affaires économiques et financières, fiscalité. Pierre Moscovici 56 ans (France).

Commissaire chargé de la Stabilité financière, et des services. Jonathan Hill, 54 ans (Royaume-Uni).

Commissaire chargé de l’Économie et société numérique. Gunther Oettinger, 60 ans (Allemagne).

Commissaire chargée de l’Emploi, Affaires sociales et Mobilité. Marianne Thyssen, 58 ans (Belgique).

Commissaire chargé de l’Immigration et Affaires intérieures. Dimitris Avramopoulos, 61 ans (Grèce).

Commissaire chargée de la Justice, Consommateurs, égalité homme/femme. Vera Jourova, 50 ans (République Tchèque).

Commissaire chargée du Marché intérieur, de l’Industrie et des PME. Elzbieta Bienkowska, 50 ans (Pologne).

Commissaire chargée de la Concurrence. Margrethe Vestager, 46 ans (Danemark).

Commissaire chargée du Commerce. Cecilia Malmström, 46 ans (Suède).

Commissaire chargé de l’Action pour le climat et énergie. Miguel Arias Cañete, 64 ans (Espagne).

Commissaire chargé de l’Environnement, Affaires maritimes et Pêche. Karmenu Vella, 64 ans (Malte).

Commissaire chargé de l’Agriculture et Développement rural. Phil Hogan, 54 ans (Irlande).

Commissaire chargé de la Sante et Sécurité alimentaire. Vytenis Andriukaitis, 63 ans (Lituanie).

Commissaire chargé du Transport et Espace. Maros Sefcovic, 48 ans (Slovaquie).

Commissaire chargé de l’Éducation, Culture, Jeunesse et Citoyenneté. Tibor Navracsics, 48 ans (Hongrie).

Commissaire Chargé de la Rrecherche, Science et Innovation. Carlos Moedas, 44 ans (Portugal).

Commissaire chargé de la Politique de voisinage, et Négociations d’élargissement. Johannes Hahn, 56 ans (Autriche).

Commissaire chargé de l’Aide humanitaire et Gestion de crises. Christos Stylianides, 56 ans (Chypre).

Commissaire chargé de la Coopération internationale et Développement. Neven Mimica, 60 ans (Croatie).

Commissaire chargée de la Politique régionale. Corina Cretu, 47 ans (Roumanie).