Le Portugais Antonio Vitorino élu à la tête de l'agence de l'ONU pour les migrations

  • A
  • A
Le Portugais Antonio Vitorino élu à la tête de l'agence de l'ONU pour les migrations
L'élection d'Antonio Vitorino intervient alors que l'Europe se divise sur la question migratoire. Image d'illustration. @ MAHMUD TURKIA / AFP
Partagez sur :

L'Organisation internationale pour les migrations, créée en 1951, ne cesse de défendre l'apport que représentent les migrations pour les différents pays du monde.

L'ancien ministre portugais Antonio Vitorino a été élu vendredi directeur général de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), un poste occupé par les États-Unis depuis la création de l'institution en 1951, à une seule exception dans les années 1960.

"Antonio Manuel de Carvalho Ferreira Vitorino est le nouveau Directeur général de l'OIM", a tweeté l'organisation, à l'issue d'une élection qui a duré environ cinq heures et lors de laquelle le candidat controversé désigné par Donald Trump a été éliminé.



Ancien commissaire européen à la Justice. Le nouveau directeur de l'OIM, qui compte 172 États membres et ne cesse de défendre l'apport que représentent les migrations pour les différents pays du monde, prendra ses fonctions le 1er octobre. Il succèdera à l'Américain William Lacy Swing, qui a effectué deux mandats de 5 ans à la tête de l'OIM après avoir été le représentant spécial du secrétaire général de l'ONU en République démocratique du Congo (RDC) de mai 2003 à janvier 2008.

Il a notamment occupé les fonctions de ministre de la Présidence et ministre de la Défense (1995-1997), lorsque l'actuel secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres était Premier ministre du Portugal. Auparavant, il avait été élu député au Portugal en 1980.
Il a également été commissaire européen à la Justice et aux Affaires Intérieures (1999-2004).

L'OIM se présente comme l'organisation intergouvernementale chef de file pour les questions migratoires, mais elle est entrée dans le système des Nations unies qu'en 2016. Établie en 1951, l'institution dispose de 10.000 employés dans plus de 150 pays.