GB : les europhobes du Ukip décrochent un deuxième siège de député

  • A
  • A
GB : les europhobes du Ukip décrochent un deuxième siège de député
@ REUTERS
Partagez sur :

L'Ukip a remporté une prometteuse victoire contre le parti conservateur, obtenue par un transfuge du parti de David Cameron. Le Premier ministre s'inquiète d'autres défections potentielles. 

L'info. A quelques mois des élections générales de mai 2015, le parti britannique europhobe a remporté une nouvelle victoire prometteuse face au parti conservateur. Le Ukip a gagné un deuxième siège de député à la Chambre des Communes vendredi. 

Un transfuge du parti conservateur. Mark Reckless, qui avait quitté en septembre le parti conservateur du Premier ministre David Cameron, a battu le candidat présenté par son ancien parti avec un peu moins de 3.000 voix d'écart, lors d'une législative partielle à Rochester and Strood, dans le sud du pays. Avec 42% des voix, il est donc réélu député de cette circonscription, cette fois sous l'étiquette du Ukip.

>> LIRE AUSSI - L'Ukip repousse les avances de Marine Le Pen

Deuxième siège pour Ukip. L'intense campagne des Tories pour garder Rochester and Strood dans leur giron s'est donc finalement conclue par une défaite, le candidat conservateur ayant obtenu 35% des voix. Après l'annonce des résultats, Mark Reckless a appelé les électeurs à faire du parti europhobe le faiseur de rois lors des élections générales. "Quel que soit le parti que vous soutenez, réfléchissez à ce que cela représenterait d'avoir à Westminster un groupe de députés Ukip assez grand pour maintenir l'équilibre du pouvoir", s'est-il gargarisé.

D'autres transfuges à venir ? Il s'agit du deuxième siège du député remporté par le Ukip, après le triomphe de Douglas Carswell, un autre transfuge du parti conservateur. Comme le rapporte The Guardian, le premier ministre David Cameron s'inquiète de possibles nouvelles défections vers le Ukip au sein du parti conservateur. D'autant plus que Mark Reckless, auréolé de sa victoire, a évoqué des discussions avancées sur le sujet avec deux de ses anciens collègues conservateurs. 

>> LIRE AUSSI - Au Royaume-Uni, l’autre "séisme" des européennes