Interrogations autour de la santé du pape François

  • A
  • A
Interrogations autour de la santé du pape François
@ AFP
Partagez sur :

Un quotidien italien révèle que François est atteint d'une tumeur bénigne au cerveau. Le Vatican dément. 

Malade, le pape François ? C'est ce que croit le Quotidiano Nazionale, journal italien, qui révèle l'info mercredi. Selon ce quotidien italien, François, 78 ans, serait atteint d'une tumeur bénigne au cerveau. L'information, démentie dans la foulée par le Vatican, a été maintenue par le journal. 

Tumeur bénigne. L'information proviendrait d'une infirmière qui a été au contact du pape durant ses examens médicaux effectués incognito chez le professeur Takanori Fukushima, spécialiste mondial de ce type de maladie. Ceux-ci, réalisés il y a quelques mois dans la clinique San Rossore di Barbaricina, près de Pise, auraient mis en évidence une tache sur le cerveau du pape. Cette petite tumeur serait curable selon les mêmes sources, et le pape n'aurait même pas besoin de subir d'intervention chirurgicale, précise le Quotidiano Nazionale.

"Gravement irresponsable", selon le Vatican. Le Vatican n'a pas tardé à réagir à cette annonce. Par le père Federico Lombardi, son porte-parole. "Le pape mène ses activités avec la même intensité. La diffusion d'informations infondées est gravement irresponsable et n'est pas digne d'attention", a-t-il rétorqué. Un démenti "attendu", répond le directeur du Quotidiano Nazionale, Andrea Cangini. "Le démenti est compréhensible et était attendu", précise-t-il. "Nous avons longtemps gardé ces informations pour faire toutes les vérifications nécessaires. Nous n'avons pas le moindre doute sur leur fondement", ajoute le directeur. 

Avant de publier ces informations, Andrea Cangini reconnaît que son journal a longuement hésité. "Nous nous sommes sérieusement interrogés pour savoir si on publiait ces informations ou non. Nous avons pensé que ce que nous croyons nécessaire pour un chef d'État ou de gouvernement doit aussi s'appliquer au pape. Le poids des responsabilités de ces personnages publics nous amène à croire que le droit à la vie privée est moins important que le droit du public d'être informé", justifie-t-il.