Le "hacker riant", héros d'Algérie
© Max PPP

WEB - Le pirate informatique, arrêté à Bangkok, a reçu des compliments de nombreux internautes.

>> L'INFO. Il s'est constitué un véritable fan-club en Algérie. Et pourtant, ce pirate informatique a quantité d'infractions à son actif. Recherché par le FBI et arrêté lundi à Bangkok, Hamza Bendellaj, 24 ans, suspecté d'activités cybercriminelles au sein de 217 banques du monde entier, est la nouvelle coqueluche des réseaux sociaux d'Alger.

Son arrestation, alors qu'il était en transit entre la Malaisie et le Caire, a fait grand bruit à cause de sa très grande décontraction auprès des autorités. Menacé d'une possible extradition vers les Etats-Unis, le pirate, menotté, est pourtant apparu à la télévision avec un sourire radieux, ce qui lui a valu le surnom de "hacker riant".


Hamza Bendelladj 930-1000

© Max PPP

• Dans le top 10 du FBI. Ce jeune diplômé algérien en 2008, traqué depuis l'âge de 20 ans par le FBI, est accusé d'avoir amassé de l'argent de plusieurs banques américaines dont une transaction d'un montant astronomique de "10 millions de dollars". "Quand on lui a demandé ce qu'il avait fait avec l'argent, il a dit qu'il l'avait dépensé pour voyager, et pour une vie de luxe comme voler en première classe et séjourner dans des palaces", a indiqué à la presse le chef de la police de l'immigration Phanu Kerdlabphol.

Il ferait parti du gratin des cybercriminels, dans le "top de 10" du FBI. Mais lui a rectifié : "je ne suis pas dans le top 10, peut-être dans le top 20 ou 50. Je ne suis pas un terroriste", a-t-il assuré. Le "hacker riant" pourrait être transféré dans l'Etat de Géorgie aux Etats où un mandat d'arrêt a été lancé contre lui.

• Contre "la finance internationale". Son arrestation a suscité quantité de réactions sur les réseaux sociaux. Plusieurs groupes Facebook de soutien ont été créés. "On devrait exploiter son génie et non pas l'envoyer en prison", déplore un internaute. "Tu es le meilleur !", renchérit un autre. 

 

facebook hamza bendellaj 930

© Capture

Si certains internautes dénoncent les actes d'un "voleur" qui a commis un "péché" d'autres en font sur Twitter la "fierté" de l'Algérie face à la "finance internationale" et réclament sa libération.