L'Etat Islamique revendique l'exécution de l'otage japonais

  • A
  • A
L'Etat Islamique revendique l'exécution de l'otage japonais
@ AFP
Partagez sur :

Une vidéo a été diffusée par le groupe Etat islamique montrant ce qui semble être l’exécution du journaliste japonais.

La sinistre litanie continue : le groupe Etat Islamique affirme avoir décapité l'otage japonais Kenji Goto. Dans une vidéo diffusée samedi par l'organe médiatique de groupes jihadistes Al-Furqan, on peut voir l'otage en tenue orange à genoux et debout. A côté de lui : un homme masqué tout vêtu de noir, avec un couteau à la main. Un autre plan montre un corps décapité. "Outré", le Japon a immédiatement condamné "avec la plus grande fermeté", samedi soir, le geste du groupe EI.







Un journaliste indépendant aguerri. Kenji Goto, un correspondant de guerre chevronné âgé de 47 ans et père de deux enfants, avait été capturé en octobre dernier en Syrie où il s'était rendu pour tenter d'obtenir la libération d'un autre captif japonais, Haruna Yukawa, dont l'EI a annoncé l'exécution il y a une semaine.

"Que le cauchemar du Japon commence". S'adressant au Premier ministre japonais Shinzo Abe, l'homme cagoulé, qui a le même accent anglais que le bourreau apparu sur d'autres vidéos de décapitation d'otages l'an dernier, déclare: "en raison de votre décision imprudente de prendre part à une guerre impossible à gagner, ce couteau ne tuera pas seulement Kenji, mais il continuera et poursuivra son carnage où que soient vos ressortissants. Que le cauchemar du Japon commence." Selon le centre de surveillance des sites islamistes SITE, ce bourreau est le même que sur les précédentes vidéos d’exécutions d'otages occidentaux par l'EI.

Le paysage figurant sur la vidéo, une colline et des terres couvertes de broussailles, diffère du paysage désertique qui apparaissait dans les précédentes vidéos de revendication de l'Etat islamique.

Le premier ministre "très en colère". Le Japon a condamné 'avec la plus grande fermeté", samedi soir, le geste du groupe EI. "C'est un acte de terrorisme ignoble contre lequel je suis très en colère", a renchéri le Premier ministre Shinzo Abe, visiblement ému. "Nous ne pardonnerons jamais aux terroristes", a-t-il poursuivi. "Kenji est parti. Je ne peux trouver de mots face à cette triste mort", a réagi la mère de la victime, Junko Ishido.

Paris et Washington condamnent. Les réactions internationales se sont multipliées. Le président américain Barack Obama a condamné un "meurtre odieux". Son homologue français François Hollande a fait part de son indignation, soulignant que la France était "solidaire du Japon dans cette nouvelle épreuve".