L'Autriche va raser la maison natale d'Adolf Hitler

  • A
  • A
L'Autriche va raser la maison natale d'Adolf Hitler
La maison natale d'Hitler est l'objet d'une bataille judiciaire depuis plusieurs années.@ JOE KLAMAR / AFP
Partagez sur :

Les fondations de la maison seront conservées et un nouveau bâtiment à usage caritatif ou administratif sera construit à la place.

La maison natale d'Adolf Hitler dans le nord de l'Autriche va être rasée pour laisser place à "un nouveau bâtiment" et mettre fin à des années de bataille judiciaire autour de ce lieu qui attire régulièrement des néo-nazis, a annoncé lundi le ministre autrichien de l'Intérieur.

Un nouveau bâtiment érigé. "La maison d'Hitler va être détruite. Les fondations pourront être conservées mais un nouveau bâtiment sera érigé", a déclaré ce ministre, Wolfgang Sobotka, au quotidien autrichien Die Presse, évoquant un usage "caritatif ou administratif" pour la nouvelle construction.

Procédure d'expropriation. Pour que ce projet se concrétise, le gouvernement autrichien doit encore mener à son terme la procédure d'expropriation de la maison située dans le centre de Braunau-am-Inn, à la frontière allemande, a précisé à un porte-parole du ministère de l'Intérieur. Un projet de loi d'expropriation de la propriétaire a été formulé en juillet afin que l'Etat autrichien récupère ce bien et prévienne tout risque que la maison ne devienne un lieu de pèlerinage nazi. La date de présentation de ce projet de loi au parlement autrichien n'est pas encore connue, pas plus que le calendrier de transformation du lieu.

Projet avorté de centre pour handicapés. La grande maison à la façade jaune, où Hitler est né le 20 avril 1889, est vide depuis 2011, date à laquelle le gouvernement a été mêlé à une bataille judiciaire avec l'actuelle propriétaire, Gerlinde Pommer, une habitante de la ville dont la famille a possédé l'immeuble pendant plus d'un siècle. Dans les années 1970, le gouvernement autrichien avait signé un bail avec elle et transformé la maison en centre pour personnes handicapées, jusqu'à ce que la propriétaire refuse d'autoriser des travaux de rénovation indispensables et que le centre ferme.

Depuis cette date, le sort de la maison faisait l'objet de débats entre experts et au sein même du gouvernement. Une commission avait été mise en place par le gouvernement et a recommandé "un remaniement architectural en profondeur" du bâtiment, a indiqué lundi le porte-parole du ministère ajoutant que cette préconisation sera suivie.