L'armée irakienne affirme avoir bombardé le convoi du chef de l'Etat islamique

  • A
  • A
L'armée irakienne affirme avoir bombardé le convoi du chef de l'Etat islamique
Abou Bakr al-Baghdadi, l'un des hommes les plus recherchés de la planète, en 2014.@ AFP PHOTO / HO / AL-FURQAN MEDIA
Partagez sur :

Le convoi d'Abou Bakr al-Baghdadi aurait été touché par les forces irakiennes lors d'un raid aérien dimanche, en Irak, près de la frontière avec la Syrie. Le sort du chef de l'EI demeure toutefois inconnu.

Les forces irakiennes ont affirmé dimanche avoir touché, dans un raid aérien, le convoi du chef de l'Etat islamique (EI) Abou Bakr al-Baghdadi en Irak, près de la frontière avec la Syrie. "L'armée de l'air irakienne a mené une opération héroïque en ciblant le convoi du terroriste criminel Abou Bakr al-Baghdadi", a indiqué un communiqué conjoint officiel des forces de sécurité. Selon des témoins cités par Reuters, Baghdadi ne figure pas parmi les victimes mais plusieurs dirigeants de Daech ont été frappés.

Une "cellule médiatique". Le raid a visé le convoi alors que le chef de l’organisation islamique se dirigeait "vers la région de Karabla", dans l'Ouest, afin de participer à une rencontre des leaders terroristes de l'EI, précise le texte sans indiquer la date de l'attaque. Les forces de sécurité irakiennes avaient déjà affirmé dans le passé que le chef de l'EI avait été blessé ou tué dans des raids, mais ces affirmations n'avaient jamais pu être vérifiées ou s'étaient ensuite avérées fausses. Le communiqué irakien a été publié par une "cellule médiatique" qui fournit des informations sur la guerre contre l'EI et s'exprime notamment au nom des ministères de l'Intérieur et de la Défense.

Karabla est située sur le fleuve Euphrate, à environ 5 km de la frontière syrienne. La frappe a été coordonnée avec les services de renseignement du ministère de l'Intérieur et le centre de commandement conjoint des opérations qui incluent les conseillers militaires de la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis. L'EI, qui sévit en Irak et en Syrie, a proclamé un "califat" sur les territoires conquis à cheval dans ces deux pays.